in ,

Ce système de géolocalisation est destiné à une utilisation à l’intérieur du corps humain !

Crédits : capture Youtube / MITCSAIL

Des scientifiques américains ont élaboré une sorte de GPS sans fil ayant la possibilité de repérer et de suivre la position d’un implant placé à l’intérieur du corps humain. Cette invention est entre autres destinée à aider au diagnostic et au traitement des tumeurs cancéreuses.

Explorer le corps humain sans utiliser de caméra, telle est la motivation des recherches menées par l’équipe de la professeure Dina Katabi, du Laboratoire de recherche en informatique et intelligence artificielle (CSAIL) du Massachusetts Institute of Technology (MIT). Le système mis au point – nommé ReMix – n’est autre qu’une sorte de GPS destiné à être utilisé à l’intérieur du corps humain.

Ces recherches ayant fait l’objet d’un communiqué publié le 20 août 2018 sont toujours en cours. Le système ReMix est capable de repérer des implants placés dans le corps par le biais d’une technologie sans fil de faible puissance. Elle est actuellement testée sur des tissus animaux, comme le montre la vidéo explicative visible en fin d’article.

Selon les chercheurs, cette technologie pourrait constituer une aide précieuse pour les médecins. Il est question d’identifier les tumeurs cancéreuses et de surveiller leur évolution. Le tout se ferait sans aucune intervention chirurgicale, ce qui permettrait également de mieux définir les traitements.

Par exemple la protonthérapie – technique de radiothérapie visant à détruire les cellules cancéreuses en les irradiant avec un faisceau de particules – s’en verrait améliorée. Grace à ReMix, la zone de rayonnement pourrait être limitée au maximum en précisant l’action sur la tumeur cancéreuse, sans détériorer les autres cellules. Les scientifiques évoquent également la possibilité d’administrer des médicaments vers des zones très précises de l’organisme.

ReMix prend la forme d’un marqueur renvoyant les signaux du patient. Ainsi, ce dernier n’a pas besoin d’énergie puisqu’il n’est pas un émetteur. Un algorithme prend ensuite le relais en analysant ces signaux, pour assurer la localisation avec une précision pour l’instant estimée à 1,4 centimètre ! Selon les chercheurs, il faudrait atteindre une précision de l’ordre de quelques millimètres pour que le système soit réellement viable, et qu’un jour celui-ci soit vraiment utilisé en médecine.

Sources : Science DailyFutura Sciences

Articles liés :

Vers une technique pour asphyxier les cellules cancéreuses ?

Un nouveau test sanguin plus précis qu’une biopsie pour détecter un cancer mortel

Les encres de tatouage peuvent contenir des substances cancérigènes alerte une étude