in

Ce robot-poisson doté de « sang électronique » est capable de nager 36h sous l’eau !

Crédits : Wikipedia

La robotique souple continue d’impressionner avec ce robot-poisson capable de rester un jour et demi sous l’eau grâce à son sang électronique. En revanche, il faudra encore beaucoup progresser pour arriver au niveau des vrais poissons en termes de capacités de déplacement !

Un nouveau robot mou !

Il y a quelques semaines, nous évoquions un robot mou qui pourrait soutenir l’exploration spatiale. Mis au point par des chercheurs de l’Université d’Harvard (États-Unis), celui-ci a un fonctionnement très simple (air comprimé) et est pilotable à distance. En 2017, des chercheurs de l’Université Vrije de Bruxelles (Belgique) étaient déjà parvenus à mettre au point un robot intégrant une structure en matière souple. Ce dernier surprenait par sa capacité à s’auto-réparer sous l’effet de la chaleur.

Selon une publication dans la revue Nature le 19 juin 2019, des chercheurs des universités de Cornell et de l’État de Pennsylvanie ont élaboré un robot-poisson qui serait capable de nager 36 heures sous l’eau. Il s’agit d’une imitation d’un spécimen du genre Pterois (ou lionfish), un type de poisson reconnaissable à ses nageoires à longs rayons (voir ci-dessous).

Bien que les tests n’ont duré que quelques heures, les chercheurs estiment que leur robot-poisson peut rester 36 heures sous l’eau !
Crédits : capture Vimeo / DesignBoom

Du « sang électronique »

Afin d’assurer son déplacement, le poisson est doté de batteries à courant continu. Celles-ci sont composées de deux électrodes reliées par un électrolyte liquide. Ce sang électronique se déplace dans le robot afin d’alimenter des pompes situées au niveau de la queue et des nageoires (dorsales et pectorales). Or, la pression dans ces membres se trouve augmentée par le débit du liquide, ce qui permet une poussée, et l’alternance des mouvements de flexion de chaque côté assure la propulsion.

Sa longévité sous l’eau est possible par sa partie externe, fabriquée en silicone rendant le tout parfaitement étanche. Par ailleurs, les mouvements flexibles sont permis par un treillis métallique pliable en nickel. En revanche, la vitesse de déplacement du robot-poisson se révèle être son principal défaut. En effet, ce dernier avance à une vitesse de seulement 15 centimètres par minute ce qui est très, très lent ! Selon les chercheurs, il est évidemment nécessaire de travailler sur l’augmentation de cette vitesse, si bien qu’il s’agit de la prochaine étape !

Voici une démonstration du robot-poisson :

Sources : NewScientistDesignBoomSiècle Digital

Articles liés :

Ce robot-poisson passe totalement inaperçu dans l’océan

Ce robot-poisson est parvenu à s’intégrer à un groupe de vrais poissons, et même à les diriger !

De petits poissons robotisés bientôt injectés dans nos veines pour nous soigner