in

Ce rat détecteur de mines a reçu une médaille d’or pour son courage !

Crédits : capture YouTube / South China Morning Post

Chaque année, l’association britannique de protection des animaux PDSA récompense un animal pour son courage. Cette année, un rat africain nommé Magawa a reçu ce prix. Son fait d’armes ? Avoir sauvé de nombreuses vies en détectant des mines antipersonnel au Cambodge.

Un rat exceptionnel

Les rats font généralement l’objet d’un rejet aux quatre coins du monde, notamment pour leur réputation d’animaux sales et vecteurs de maladies. En 2018, des chercheurs ont même indiqué que le réchauffement climatique était synonyme de prolifération des rats en milieu urbain. Il est ainsi plutôt difficile de redorer le blason de ce type d’animal, mais une nouvelle relayée par CNN le 25 septembre 2020 pourrait y contribuer.

Selon la chaîne étasunienne, un rat africain géant nommé Magawa appartenant à l’espèce Cricetomys gambianus vient de recevoir une médaille d’or pour son courage. Cette récompense émane de PDSA, l’association britannique de protection des animaux. Magawa a en effet passé plusieurs années à traquer les mines antipersonnel et autres restes d’explosifs de guerre au Cambodge.

En six années, l’animal a découvert 39 mines antipersonnel et 28 restes d’explosifs de guerre. Ceci a permis de déminer une surface de 141 000 m², soit l’équivalent d’une vingtaine de terrains de football. Selon PDSA, la médaille d’or en question est l’équivalent pour les humains de la Croix de Georges, le plus grand honneur récompensant les civils au Royaume-Uni.

rat mines detection
Crédits : capture YouTube / South China Morning Post

Une formation atypique

Magawa a été formé par l’association belge Apopo, disposant de plusieurs rats pour mener à bien ses actions. Il faut dire que ces animaux ont une certaine intelligence et une sorte de talent pour les tâches répétitives, à condition de les récompenser. Durant une année, l’association forme ces animaux en Tanzanie à détecter le TNT contenu dans les explosifs. Puis les éleveurs leur apprennent à gratter le sol afin de signaler la présence d’un objet dangereux.

Cette technique nécessitant des rats est visiblement bien plus efficace et moins risquée que l’utilisation d’un détecteur de métaux par un humain. Par exemple, Magawa peut contribuer à déminer une surface aussi grande qu’un terrain de tennis en seulement une demi-heure ! Or, il faudrait pas moins de quatre jours pour y arriver à l’aide d’un simple détecteur. Enfin, CNN a rappelé que l’association a déjà retiré pas moins de 83 000 mines antipersonnel au Cambodge. Dans ce pays entre 1975 à 1998, ces mines ont causé la mort de près de 64 000 personnes.

En 2019, le quotidien hongkongais South China Morning Post avait consacré un reportage d’environ 8 minutes sur le rat Magawa :