in ,

Ce filtre à eau est capable de retenir 99.9 % des microplastiques en un temps record

Crédits : Svetlozar Hristov / iStock

Depuis quelque temps, la pollution de l’eau par les microplastiques est un véritable fléau. Récemment, une nouvelle solution a fait son apparition en Corée du Sud et pourrait tout changer. Il s’agit d’un filtre à eau aux performances exceptionnelles.

Une potentielle révolution

Selon les estimations, les océans du monde contiendraient 24 400 milliards de microplastiques, pour un poids compris entre 82 000 et 578 000 tonnes. Ces particules sont également présentes dans l’air que nous respirons, dans les fonds marins, sur les chaînes de montagnes et dans des endroits aussi reculés que l’Antarctique. En début d’année 2022, des microplastiques ont même été isolés dans des poumons humains.

Les océans sont les premières victimes des microplastiques. Ces derniers proviennent principalement des granulés de plastique (nurdles), des particules issues de l’usure des pneus sur le bitume et surtout de la décomposition des déchets plastiques tels que les bouteilles, les sacs, etc. En bout de chaîne, les microplastiques contaminent les êtres vivants, dont les humains.

Alors que diverses solutions sont recherchées, l’Institut des sciences et de la technologie de Daegu Gyeongbuk (DGIST) en Corée du Sud a récemment dévoilé la sienne. Relayée dans un communiqué de l’institut le 29 décembre 2022, l’étude évoque un nouveau concept permettant de filtrer les microplastiques, ce qui pourrait représenter une petite révolution.

filtre microplastique
Crédits : DGIST

Une technologie plus que prometteuse

Selon les chercheurs, le secret de leur filtre réside dans l’utilisation d’un matériau particulier : le cadre covalent de triazine (CTF). Il s’agit d’une matière très poreuse capable de stocker les particules qu’elle capture. Actuellement, le CTF est déjà utilisé dans le domaine du traitement des eaux afin d’éliminer les colorants organiques présents dans les eaux industrielles. Les scientifiques sud-coréens ont donc créé des molécules de CTF avant de leur faire subir une oxydation. Selon les résultats, le filtre est capable de retenir pas moins de 99,9 % des microplastiques en seulement dix secondes.

Les chercheurs sont allés ensuite encore plus loin en mettant au point une version de leur prototype à base de polymère. Ce dernier peut absorber la lumière du soleil et convertir l’énergie en chaleur qui sera ensuite utilisée pour dépolluer l’air des composés organiques volatils (COV). Les résultats montrent que 98 % des COV peuvent être éliminés sous l’effet d’une irradiation solaire.

Selon les responsables du projet, un prototype combinant les deux filtres anti-microplastiques et anti-COV deviendrait sans aucun doute la technologie de purification de l’eau ayant la plus grande efficacité au monde.

Yohan Demeure

Rédigé par Yohan Demeure

Licencié en géographie, j’aime intégrer dans mes recherches une dimension humaine. Passionné par l’Asie, les voyages, le cinéma et la musique, j’espère attirer votre attention sur des sujets intéressants.