in ,

Ce chercheur de l’extrême raconte son récent périple en Antarctique

Crédits : Cyprien Verseux sur Twitter

En 2018, l’astrobiologiste français Cyprien Verseux et son équipe ont passé neuf mois en Antarctique. Dans cet environnement très hostile, la température peut descendre en dessous de -80 °C ! Le chercheur raconte son expérience, partagée entre le froid, l’isolement et le confinement.

Une expérience extrême

Cyprien Verseux est docteur en biologie moléculaire et cellulaire et chercheur au Center of Applied Space Technology and Microgravity (ZARM) de Brême (Allemagne). L’intéressé avait notamment participé à l’expérience BIOMEX (BIOlogy and Mars EXperiment), une mission financée il y a une poignée d’années par la NASA. Celle-ci consistait à vivre reclus sur un volcan durant une année afin de simuler la vie martienne et observer le comportement de nombreux organismes terrestres.

Cette fois, le chercheur est revenu d’une mission de neuf mois en Antarctique, plus précisément à la base scientifique Concordia gérée par les instituts polaires français et italien. L’intéressé a relaté son expérience sur son compte Twitter, mais également dans un ouvrage intitulé Un hiver Antarctique, publié aux éditions Hugo Image.

Autour de la base Concordia, seulement de la neige et de la glace à perte de vue !
Crédits : Wikimedia Commons

Froid, isolement et confinement

Cyprien Verseux décrit l’environnement dans lequel lui et son équipe de 12 scientifiques ont évolué pendant des mois. Dans cette contrée hostile, la température à l’extérieur peut descendre en dessous des -80 °C. Dans ses publications, le chercheur diffusera certaines photos insolites, montrant notamment comment la nourriture gèle instantanément ou comment une casserole d’eau bouillante s’évapore à vitesse grand V. Par ailleurs, il est impossible pour les véhicules de fonctionner puisque même le carburant peut geler !

L’expérience est également une épreuve psychologique, à commencer par l’alternance des nuits et des journées qui n’est pas la même. Effectivement, le jour continu laisse place à la nuit continue durant des mois. Surtout, le chercheur évoquera avoir été affecté par le confinement, l’isolement, le froid mais également le manque d’oxygène.

Évidemment, une telle expédition avait un but scientifique. Cyprien Verseux a par exemple cité des recherches dans le domaine de l’astronomie. Selon lui, ceci n’est pas un hasard puisque la base scientifique Concordia est ce qui se rapproche le plus sur Terre d’une future base sur la Lune ou même sur Mars. D’ailleurs, partir sur la Lune ou une autre planète est le rêve avoué de ce chercheur, qui n’a visiblement pas froid aux yeux !

Sources : France InfoPresse Citron

Articles liés :

Réalité virtuelle : Partez en expédition en Antarctique !

Antarctique : pourquoi des chercheurs veulent forer la glace sur plusieurs kilomètres de profondeur ?

L’Antarctique perd six fois plus de glace par an qu’il y a 40 ans