in ,

Ce bioplastique peut être mangé par les poissons sans problème !

Le bioplastique Nuatan, une alternative aux plastiques actuels très intéressante Crédits : Crafting plastics

Nous savons que les poissons confondent les particules de plastique présentes dans les océans avec le plancton, leur nourriture habituelle. Avec le bioplastique Nuatan, ce problème pourrait être résolu, ainsi que beaucoup d’autres !

Un bioplastique durable qui se dégrade rapidement et qui peut être avalé sans danger ? La société Crafting plastics l’a fait, et ce concept baptisé Nuatan a été présenté récemment lors du London Desing Festival 2018. Il pourrait bel et bien être question à terme d’une véritable révolution concernant l’industrie plastique.

La question du problème des déchets et de la pollution liés au plastique n’est plus à poser. En revanche si les solutions manquent, les recherches se poursuivent. Le bioplastique Nuatan, qui fait l’objet d’un brevet, est un savant mélange de deux biopolymères, à savoir l’acide polylactique – dérivé de l’amidon de maïs – et le polyhydroxybutyrate, également obtenu à partir d’amidon de maïs. Mais ce dernier a en revanche été métabolisé par des micro-organismes. Il y a un autre composant dans ce mélange : de l’huile de cuisson usagée.

Le Nuatan est également biocompatible, et s’adapte aux modes de production existants tels que l’impression 3D et d’autres méthodes de moulage par soufflage ou injection. Surtout, ce bioplastique serait inoffensif pour les animaux – en particulier les poissons – et donc pour l’Homme.

Puisqu’il s’avère plutôt compliqué – à l’échelle mondiale – de renoncer totalement aux plastiques à usage unique dans notre quotidien (emballages, couverts, etc.), pourquoi ne pas choisir cette alternative de fabrication ? Le Nuatan aurait selon ses créateurs une durée de vie de 15 ans, supporterait des températures allant jusqu’à 100 °C et pourrait bien un jour obtenir un certificat de sécurité alimentaire !

Avant que le Nuatan ne devienne une solution au problème du plastique sans que l’humanité ne soit contrainte de changer ses habitudes de consommation, il faudra régler un problème, et celui-ci est plutôt conséquent : son coût de production !

Sources : DezeenFutura Sciences

Articles liés :

Un Français développe des bouteilles 100 % végétales fabriquées à partir de déchets

En Italie, on fabrique du plastique à base de sucre !

Le Bio-Robot, un réfrigérateur d’un nouveau genre qui utilise un gel futuriste