in

Ce bébé est issu d’un embryon congelé durant 27 ans !

bébé
Crédits : PxHere

En début d’année 2020, une citoyenne étasunienne a donné naissance à une petite fille issue d’un embryon congelé en 1992. Cette nouvelle conforte un peu plus l’idée qu’un embryon n’est « jamais trop vieux ». De plus, cette femme a battu son propre record datant de 2017, établi avec un autre nouveau-né également issu d’un ancien embryon.

Un embryon « vieux » de 27 ans !

Aux États-Unis, Tina Gibson était elle-même un bébé lorsqu’un couple avait en 1992 fait le choix de congeler ses embryons dans une clinique du Midwest. Comme l’explique le New York Times dans un article du 3 décembre 2020, des médecins ont implanté un de ces embryons dans l’utérus de Tina Gibson au mois de février. Neuf mois plus tard, cette dernière donnait naissance à Molly, une petite fille en pleine forme.

Il faut savoir que Tina Gibson vient de battre son propre record, avec cet embryon congelé depuis 27 ans. En 2017, la mère avait déjà donné naissance à Emma, la grande sœur de Molly après avoir reçu un embryon un peu moins « vieux » (24 ans). Par ailleurs, il s’agissait d’un embryon issu du même couple de donneurs.

Martha Earl, directrice de la bibliothèque médicale Preston de l’Université du Tennessee, a confirmé ce record. L’intéressée dit avoir étudié de nombreux articles scientifiques et n’avoir trouvé aucune autre naissance après un don d’embryons datant de plus de deux décennies.

bébé embryon congelé
Tina Gibson et son mari, tenant dans leur bras leur premier enfant Emma, né en 2017.
Crédits : Benjamin & Tina Gibson

La durée de congélation n’est pas si importante

» Si un embryon survit bien à la décongélation, il devrait avoir autant de chance qu’un nouvel embryon » a déclaré le Dr Jeffrey Keenan, directeur du National Embryo Donation Center.

Ainsi, penser qu’un embryon peut être trop vieux est une erreur. En effet, il ne semble pas y avoir de « date limite » et cette dernière naissance conforte un peu plus cette idée. Pour la Dr Mindy S. Christianson, directrice médicale du Johns Hopkins Fertility Center, cette naissance est une bonne nouvelle pour les médecins experts en fécondité. Celle-ci leur permet d’avoir davantage de recul afin de rassurer leurs futurs patients espérant avoir un enfant de cette manière.

Évoquons également la Dr Sigal Klipstein, directrice programme de don d’ovules à Chicago. L’intéressée rappelle que la durée de congélation n’est pas si importante. En revanche, cette importance se situe au niveau de la qualité de ce dernier au moment de la congélation. Autrement dit, si la qualité est au rendez-vous, il n’y a aucune raison que cela change.