in

Cette start-up ambitionne de « catapulter » des satellites dans l’espace

Crédits : SpinLaunch

Une entreprise américaine avait déjà fait parler d’elle il y a quelque temps pour avoir communiqué sur son objectif d’envoyer des objets dans l’espace à l’aide d’une catapulte géante. Récemment, de premiers essais couronnés de succès ont eu lieu pour un premier prototype à échelle réduite.

Seulement 20 % de la capacité maximale

En 2014, la start-up SpinLauch a fait son apparition après avoir été fondée en secret par l’entrepreneur Jonathan Laney. Son but ? Abaisser à 500 000 dollars les coûts des lancements spatiaux, alors qu’il est d’ordinaire question de plusieurs dizaines de millions. En 2018, SpinLauch communiquait déjà sur son curieux concept de centrifugeuse (ou catapulte) géante, permettant en théorie d’expédier des charges utiles dans l’espace. Dans un article du 9 novembre 2021, la chaîne CNBC affirme que SpinLauch a mené les premiers tests de sa catapulte.

Ces tests ont eu lieu dans le désert du Nouveau-Mexique (États-Unis). Toutefois, il est question d’une maquette à l’échelle d’un tiers qui fait cinquante mètres de diamètre. La catapulte a expédié un projectile de trois mètres de long à une vitesse de plusieurs milliers de km/h. Or, cette vitesse semble avoir été suffisante pour atteindre le niveau suborbital. Néanmoins, Jonathan Laney a déclaré que l’essai a été réalisé avec seulement 20 % de la capacité maximale de l’engin en termes de vitesse.

SpinLaunch catapulte 2
Crédits : SpinLaunch

Concurrencer les lanceurs traditionnels

Jusqu’à aujourd’hui, SpinLauch avait finalement assez peu communiqué sur son projet, peut-être par peur d’échouer. Pourtant, les essais sont une réussite et selon Jonathan Laney, 90 % des risques ont déjà été éliminés. Ainsi, la catapulte serait quasiment opérationnelle dans l’attente de la version en taille normale. Par ailleurs, la start-up prévoit une trentaine d’essais suborbitaux d’ici à l’été 2022 avant de passer aux véritables lancements orbitaux.

L’objectif principal de SpinLauch est de venir concurrencer les fusées spatiales dans le cadre de l’envoi de petits satellites dans l’espace (jusqu’à 180 kg). Or, la masse des fusées est principalement composée de carburant. Ainsi, la catapulte pourrait permettre de réduire cette masse au décollage et ainsi faire réaliser des économies tout en libérant de la place pour embarquer de réelles charges utiles.

En se basant sur l’accélération du projectile, le système nécessite moins d’hydrogène et d’oxygène. Selon les premiers résultats, la catapulte utiliserait quatre fois moins de carburant, ce qui permettrait de diviser par dix les coûts de lancement. L’armée américaine a d’ores et déjà témoigné son intérêt pour l’envoi de mini-satellites militaires et autres missiles dans l’espace.