in

La carte radio la plus détaillée jamais faite de notre Galaxie est maintenant visible !

Crédits : FelixMittermeier/Pixabay

Un télescope japonais vient de produire l’image la plus détaillée de la Voie lactée, dans le domaine des ondes radio. Sur une période de trois ans, le radiotélescope Nobeyama – haut de 45 mètres – aura observé la Voie lactée pendant environ 1100 heures.

Lorsque vous regardez le ciel par une nuit claire et sombre, vous pouvez observer le centre de notre Galaxie à l’œil nu, cette bande brumeuse aussi appelée Voie lactée. Vous trouverez alors des taches sombres avec – a priori – moins d’étoiles. Dans ces zones, des nuages ​​de gaz et de poussière bloquent en fait la lumière des étoiles de fond. En observant les ondes radio émises par le gaz dans ces nuages, les astronomes peuvent en revanche étudier les parties les moins visibles.

Vous retrouverez le télescope Nobeyama près de Minamimaki, au Japon. Une équipe d’astronomes s’est appuyée sur l’instrument FOREST, installé sur le télescope de 2014 à 2017 pour créer les cartes radio les plus complètes et les plus détaillées de la Voie lactée. Jamais réalisées auparavant, ces cartes permettront aux astronomes d’étudier la structure du milieu interstellaire au centre de notre Galaxie, mais également la structure à petite échelle des noyaux de nuages ​​moléculaires directement liés à la formation d’étoiles. Grâce à la bonne résolution de ces images, l’équipe a notamment découvert de nombreuses structures filamenteuses qui n’étaient pas clairement visibles dans les cartes précédentes. Ces structures pourraient alors contenir des indices importants pour comprendre comment les étoiles sont formées.

La carte d’ondes radio la plus détaillée de la Voie lactée. En haut : Carte radio tricolore (fausse couleur) de la Voie lactée. Deuxième ligne : Image infrarouge de la même région obtenue par le télescope spatial Spitzer. Crédit : Observatoire astronomique national du Japon

La radioastronomie à ondes millimétriques est importante et puissante, dans le sens où elle permet aux chercheurs de détecter des choses dans l’espace qu’il nous serait autrement impossible de voir. Le domaine s’avère particulièrement utile pour étudier les grands nuages ​​de gaz froids (-262 °C) où les étoiles se forment. À des températures aussi basses, les instruments optiques ne perçoivent rien, à moins qu’une étoile brillante ne se place derrière l’objectif. La radioastronomie permet ainsi de faire fi de la mécanique céleste pour étudier l’invisible.

Zone d’observation du projet. Crédit : Observatoire astronomique national du Japon

Même à ces températures extrêmement basses, des réactions chimiques se produisent, d’où l’importance de ces recherches. C’est dans ces conditions que des molécules comme le monoxyde de carbone, le formaldéhyde, l’alcool éthylique et l’alcool méthylique se produisent. Ces molécules émettent des ondes radio dans la gamme millimétrique, que ce genre de radiotélescope est capable de détecter. Cette carte radio servira d’ensemble de données fondamentales pour de futures études observationnelles. Les chercheurs s’attendent à de nombreuses découvertes grâce à ces nouvelles données.

Source