in

Sa carte d’identité est flanquée d’une modélisation en 3D de son visage

Crédits : Raphaël Fabre sur Facebook

L’artiste français Raphaël Fabre a récemment changé sa carte d’identité. Rien d’exceptionnel, à un détail près : la photo d’identité jointe au dossier n’est pas une vraie photo, mais une modélisation 3D de la tête de l’artiste.

« Le 7 avril 2017, j’ai fait une demande de carte d’identité à la mairie du 18e. Tous les papiers demandés pour la carte étaient légaux et authentiques, la demande a été acceptée et j’ai aujourd’hui ma nouvelle carte d’identité française », déclare l’artiste le 13 juin 2017 dans une publication sur Facebook.

La question est la suivante : la modélisation 3D peut-elle remplacer l’authenticité d’une photographie à terme ? Pour y répondre, Raphaël Fabre a tenté une expérience qui s’est avérée être un succès. Ce dernier a simplement soumis au dossier d’obtention de la carte d’identité un modèle 3D obtenu par ordinateur au lieu d’une authentique photo.

L’artiste a indiqué avoir élaboré ce modèle grâce à « plusieurs logiciels différents et des techniques utilisées pour les effets spéciaux au cinéma et dans l’industrie du jeu vidéo » et que l’image est seulement « le résultat de procédés artificiels ».

Le portrait a été fait à partir d’un cube sur le logiciel Blender (open source). Ce même cube a été travaillé, sculpté et modifié grâce à d’autres logiciels afin d’affiner et préciser le trait. De retour sur Blender, le visage a été complété par des yeux, des cheveux, etc., le tout calculé par le logiciel.

La nouvelle carte d’identité de l’artiste comporte donc une représentation artificielle de sa propre personne. Ceci amène ce dernier à s’interroger sur la frontière entre les normes de l’administration et la crédibilité de la modélisation : la photo est-elle une simple interprétation subjective du réel ?

« Je travaillais déjà sur un modèle 3D de mon visage quand j’étais aux Beaux-Arts de Paris. Cette année, j’ai réalisé un autre portrait 3D plus réaliste que ce que je faisais avant, donc je me suis dit que c’était le moment d’essayer ce projet de pièce d’identité », confiait Raphaël Fabre au site Mashable.

Sources : MotherBoardMashable