in

Une « carte de la vie » pour isoler les espèces encore non découvertes

Crédits : LUM3N/pixabay

On établit généralement des cartes pour documenter ce que l’on sait, mais même après des siècles d’efforts, notre catalogue du vivant comporte encore trop de pages blanches. En temps de crise, cette nouvelle « carte de l’inconnu » pourrait permettre de sauver ce qui peut encore l’être.

Une carte pour sauver des espèces

Il y a neuf ans, des chercheurs de l’Université de Yale ont établi une « carte de la vie » visant à proposer des modèles de biodiversité dans un contexte géographique. En réalité, il s’agit d’une carte thermique de la vie animale. Désormais, ces mêmes chercheurs proposent de définir les zones terrestres susceptibles d’abriter les espèces inconnues de la science. L’objectif est que ces animaux puissent être documentés avant qu’ils ne disparaissent.

« Des estimations prudentes suggèrent que seulement 13 à 18% de toutes les espèces vivantes sont connues à ce stade, bien que ce nombre puisse être aussi bas que 1,5%« , expliquent les auteurs. « Sans inclusion dans la prise de décision en matière de conservation et autres engagements internationaux, ces espèces [non découvertes] et leurs fonctions peuvent être perdues à jamais dans l’ignorance« .

Isoler les potentiels berceaux de découvertes

Dans le cadre de ces travaux, publiés dans la revue Nature Ecology & Evolution, les chercheurs se sont appuyés sur plus de 32 000 espèces de quatre classes animales différentes (amphibiens, reptiles, mammifères et oiseaux) pour tenter de déterminer le nombre d’espèces encore non découvertes, ainsi que leurs zones d’évolution potentielles.

« En utilisant des modèles pour identifier les facteurs biologiques et environnementaux des découvertes récentes, nous sommes en mesure de faire des prédictions assez fiables quant à la part des découvertes futures qui pourraient se produire dans des groupes raisonnablement grands d’espèces (par exemple, des familles d’amphibiens) et des régions (par exemple, l’Atlantique Région forestière du Brésil)« , détaille Walter Jetz, principal auteur de ces travaux.

Grâce à ces modèles, les chercheurs ont estimé sans surprise que de nombreuses espèces étaient encore non cataloguées sur Terre. Celles-ci se trouveraient en particulier dans les forêts tropicales d’Asie du Sud-Est et du nord-ouest de l’Amérique du Sud. Ces nouvelles données renforcent ainsi le besoin urgent de protéger ces potentiels « berceaux de découvertes » en limitant les taux de déforestation.

À l’avenir, ces nouvelles données pourront également amener les équipes de recherche à se pencher spécifiquement sur les zones où elles sont plus susceptibles de rencontrer des espèces inconnues. Le produit cartographique peut être vu ici.

carte vie déforestation
Crédits : Free-Photos/pixabay

« C’est un projet fascinant qui rassemble une multitude d’ensembles de données sur la distribution des espèces et nous permet de mieux connaître les modèles de biodiversité sur la planète« , souligne Mario Moura, biologiste à l’Université de Paraíba au Brésil. « Nous espérons motiver les scientifiques citoyens et les passionnés de biodiversité sur l’importance de la découverte des espèces et déclencher les discussions et les accords de la part des responsables de la prise de décision et de la planification de la conservation« .