in

Starliner : après les problèmes de logiciels, le manque de places de parking

Crédits : Boeing

Alors que Boeing semble avoir résolu les problèmes de logiciels de sa capsule Starliner, la société doit maintenant composer avec SpaceX, qui occupe le terrain. Dans quelques mois, une place de parking pourrait néanmoins se libérer en orbite. Et Boeing va devoir saisir sa chance.

SpaceX déroule, Boeing en galère

Petit rappel du contexte. La NASA s’est engagée en 2014 avec deux prestataires privés, SpaceX et Boeing, pour opérer des vols commerciaux vers l’ISS (transports de fret et d’astronautes).

D’un côté, SpaceX a développé sa capsule Crew Dragon. De l’autre, Boeing a développé sa capsule Starliner. Le premier vaisseau est déjà actif depuis plusieurs mois et a déjà transporté par deux fois des astronautes vers l’ISS (en mai et novembre 2020). Une troisième mission habitée, à laquelle participera le Français Thomas Pesquet en tant de Commandant, est également prévue dans quelques jours.

Boeing, de son côté, a déjà effectué un premier test sans équipage de son vaisseau. Au cours de cette manœuvre, Starliner devait réussir à rejoindre l’ISS. Malheureusement, le vaisseau a connu des problèmes de logiciels dès son entrée dans l’espace. En mars 2020, un rapport examinant les raisons de cet échec a détaillé une liste de 80 correctifs à apporter.

Au cours de ces derniers mois, Boeing a donc travaillé dessus. Son vaisseau est quasiment prêt depuis cinq semaines environ. Aussi la société, en collaboration avec la NASA, évalue une nouvelle date de lancement cible pour sa prochaine mission. Ce vol d’essai ne transportera toujours pas d’équipage. Il visera essentiellement à accoster la Station spatiale internationale.

starliner
Illustration de la capsule Starliner de Boeing en orbite. Crédits : Wikipedia

Embouteillage en orbite

Cependant, si les mises à jour de logiciels semblent a priori terminées, Boeing doit désormais composer avec la disponibilité des ports d’amarrage équipés d’un “adaptateur international”. L’ISS en propose deux. Et pour le moment, c’est SpaceX qui occupe le terrain. La question est donc de savoir quand le vol d’essai de Starliner pourra trouver un créneau libre.

La mission Crew-2 de Thomas Pesquet devrait arriver sur place le 22 avril prochain et rester attachée à l’un de ces ports pendant environ six mois. Puis, le 3 juin suivant, SpaceX enverra une mission cargo (approvisionnement en fret) qui occupera l’autre port d’amarrage. Ainsi, il n’y aura pas de point d’ancrage disponible avant le 20 juillet environ, date approximative à laquelle la mission cargo de SpaceX quittera la station.

Ce départ ouvrira une fenêtre pendant laquelle Starliner pourra effectuer son vol d’essai. A priori, nous pouvons donc nous attendre à ce que ce vol ait lieu au plus tôt fin juillet ou début août. En cas de succès, Starliner restera amarrée à la station pendant environ une semaine avant de quitter les lieux. Et pour cause : SpaceX a déjà programmé une autre mission d’approvisionnement à la fin du mois d’août.

iss spacex crew dragon
La capsule Resilience de SpaceX. Crédits : NASA

À quand une première mission avec équipage ?

Après ce vol d’essai répété, la NASA et Boeing effectueront une analyse détaillée des données. Pour les plus optimistes, ce processus prendra environ six mois, ce qui repousserait, sur le papier, le vol d’essai avec équipage de la capsule Starliner au mois de janvier 2022.

En réalité, Boeing devra patienter un peu plus. Une place de parking devrait en effet se libérer le mois suivant. La société pourrait donc en profiter, à condition d’être vraiment prête. De son côté, la NASA ne prendra en effet pas de risques inutiles sachant qu’elle dispose déjà d’un véhicule opérationnel, le Crew Dragon, pour répondre à ses besoins de rotation d’astronautes.