in

Canyons, cratères et collines, à quoi ressemble le monde sous le sol marin polaire ?

Crédits : iStock

Les scientifiques ont compilé un atlas actualisé des paysages sous-marins sculptés par les glaciers et les icebergs. Ces formations cachées sous les régions polaires de la Terre ont été capturées en 3D par des méthodes acoustiques comme le sonar multifaisceau.

Les océanologues disent souvent que les humains en savent plus sur la surface de Mars que sur les fonds marins de la Terre. C’est en effet un véritable monde caché qui se cache sous l’eau glacée entourant les pôles de la Terre, fait de paysages divers et variés. Au cours de la réunion annuelle de l’European Geosciences Union qui a eu lieu ce mardi 25 avril à Vienne, en Autriche, un groupe de scientifiques a présenté un nouvel atlas de certaines de ces formations.

Baptisé « Atlas of Submarine Glacial Landforms », il recense plus de 200 images qui révèlent les « empreintes digitales » que les glaciers et les glaces du passé ont laissé sur le fond marin, selon les dires de Kelly Hogan, géophysicienne marine pour le British Antarctic Survey, au cours d’une conférence de presse.

Ce nouvel Atlas a nécessité la participation de plus de 250 scientifiques issus d’une vingtaine de pays. La plupart de ces images à haute résolution des fonds marins ont été obtenues grâce à des méthodes acoustiques comme le sonar multifaisceau où les capteurs des navires de recherche envoient des signaux sonores au fond marin et enregistrent les retours vers le navire. »J’aime penser à cela comme une télédétection du fond marin« , commente Kelly Hogan. « De la même manière que les satellites se déplacent autour du monde entier en envoyant un signal, puis en le recevant en retour pour obtenir des images entières de la planète, c’est ce que nous faisons ici sur les navires ».

Toutefois, la difficulté ici se trouve dans la navigation des navires dans les pôles qui n’est pas possible partout. Ainsi, il reste encore beaucoup de points vides dans la topographie sous-marine autour des pôles. La superficie totale des images couvertes dans l’atlas remplirait une région de la taille de la Grande-Bretagne. Toutefois, selon Julian Dowdeswell, rédacteur en chef de cet Atlas, plus de 95 % des types de reliefs que vous trouverez dans les fonds marins sont probablement représentés dans ce nouvel Atlas.

L’étude de ces formations pourrait aider les scientifiques à reconstruire les climats et les environnements passés. «  Souvent, ces caractéristiques sont très bien conservées, car il n’y a pas d’humains, il n’y a pas de routes, il n’y a pas d’altération« , ajoute Kelly Hogan.