in

Cannabis thérapeutique : l’Assemblée nationale valide un test de deux ans en France !

Crédits : Unsplash

Il y a quelques jours, un vote à main levée à l’Assemblée nationale a permis de lancer une expérimentation dans notre pays. En effet, le cannabis thérapeutique sera testé en France sur une durée de deux ans !

Une phase de test inédite !

Le 25 octobre 2019, l’Assemblée nationale examinait le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2020. À cette occasion, un vote à main levé a permis l’adoption d’un amendement du député de l’Isère Olivier Véran (LREM), comme l’explique France Info. Ce dernier est relatif à une expérimentation du cannabis à usage médical en France durant deux années. Cette phase de test débutera donc en 2020 et se terminera en 2022. A la clé en cas de succès, une possible généralisation de la pratique .

Il faut savoir que cette expérimentation ne concernera pas n’importe qui. En effet, la mesure cible les personnes atteintes de maladies graves. Il est par exemple question de soulager les individus subissant des effets secondaires de chimiothérapie et des douleurs neuropathiques. Les personnes atteintes par certaines formes d’épilepsie sont également concernées, tout comme les patients placés en soins palliatifs.

Comme sera appliquée cette expérimentation ?

Selon Olivier Véran, 3 000 personnes seront concernées par cette phase de test validée en amont par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Les tests se dérouleront dans plusieurs centres hospitaliers, de préférence dans des centres spécialisées dans les pathologies concernées. Par ailleurs, la prescription initiale sera faite par un médecin spécialisé, par exemple un neurologue ou médecin de la douleur. Évidemment, un suivi sera effectué afin d’observer les effets potentiellement positifs et/ou négatifs de ce genre de traitement. À savoir que les patients concernés pourront dans un premier temps se fournir en pharmacie hospitalière, puis dans les pharmacies classiques.

Enfin, il est intéressant de souligner que les modalités d’administration seront plutôt variées. En effet, les patients pourront obtenir des fleurs séchées (utilisées notamment pour fumer), de l’huile et éventuellement des préparations pour tisanes. La posologie sera aussi pensée en fonction des patients concernant les deux principes actifs du cannabis, à savoir le tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD). Si le premier génère des effets psychoactifs, le second est davantage source de relaxation musculaire.

Crédits : PxHere

Témoignage

France Info a également publié le témoignage de Mado Gilanton, représentante de l’Alliance maladies rares au comité scientifique temporaire Cannabis thérapeutique de l’ANSM.

“J’ai 65 ans. J’ai lutté toute ma vie contre les drogues. Et puis un jour, j’ai été atteinte d’une maladie rare qui s’appelle la syringomyélie qui est une maladie de la moelle épinière. C’est une maladie extrêmement douloureuse, des douleurs neuropathiques sévères, réfractaires à tout traitement. J’ai été sous des traitements lourds à base d’opioïdes qui ne faisaient rien, mais dont j’étais devenue dépendante. Et puis un jour, poussée par mon entourage, j’ai effectivement fumé un joint de cannabis qui m’a soulagée instantanément pratiquement, comme aucun médicament ne l’avait fait avant” a déclarée l’intéressée.

Sources : France InfoHuffington Post

Articles liés :

D’après cette étude, fumer du cannabis diminuerait notre IMC

Et si le CBD devenait un moyen efficace de lutter contre la résistance aux antibiotiques ?

Un composant du cannabis efficace pour guérir les fractures osseuses