in

Au Canada, on cherche à protéger les abeilles du stress thermique

Crédits : christels / Pixnio

Au Canada, des apiculteurs ont observé un phénomène inquiétant chez les abeilles lors de fortes températures. En effet, des dizaines de spécimens ont perdu la vie, semblant avoir littéralement explosé de l’intérieur. Ces insectes auraient spontanément expulsé leur propre abdomen.

Un stress thermique mortel

Alison McAfee est chercheuse aux laboratoires Michael Smith de l’Université de Colombie-Britannique (Canada). La scientifique y est en contact avec un réseau de producteurs de miel et d’apiculteurs de la province. Dans un communiqué publié en février 2022, elle a détaillé un phénomène lié à l’une des vagues de chaleur de l’été 2021. Une apicultrice s’inquiétant en effet de la mort de dizaines d’abeilles a envoyé des photos à la chercheuse.

Selon Alison McAfee, 50 % des abeilles sont susceptibles de perdre la vie après six heures d’exposition à une température de 42°C. Pire, les abeilles les plus vulnérables peuvent mourir après deux à trois heures seulement. Il faut savoir que les colonies d’abeilles au sein des ruches sont des environnements thermorégulés, maintenant une température d’environ 35°C. Normalement, les abeilles auraient dû faire face, mais celles-ci ont subi un stress thermique mortel, puisqu’elles ne sont pas censées vivre par de telles chaleurs.

abeilles miel ruche
Crédits : Pixabay / PollyDot

Isoler thermiquement les ruches : une nécessité

Il faut savoir que les abeilles périssent dans des conditions plutôt extrêmes. En effet, elles expulsent leur abdomen. Plus précisément selon Alison McAfee, les insectes « éjaculent » spontanément après la mort, en faisant sortir leur endophallus (pénis interne). Par ailleurs, l’équipe de chercheurs a constaté une baisse de la reproduction des abeilles. Durant cette canicule, seulement 40 % des reines ont pu s’accoupler et entre 75 et 80 % dans les meilleures conditions d’accouplement. De plus, les scientifiques s’inquiètent de potentiels risques de perturbation du choix des partenaires durant l’accouplement, ce qui pourrait affecter leur diversité génétique. Or, cela rendrait les abeilles moins résistantes aux maladies ainsi qu’à d’autres facteurs de stress.

Existe-t-il un moyen d’éviter ce phénomène ? Les scientifiques estiment qu’il faudrait trouver une façon de refroidir les ruches afin que les abeilles évitent de se donner la mort. Une des méthodes retenues est l’installation d’un couvercle en polystyrène. Ce dernier permet de faire baisser la température intérieure d’environ 3,5°C. Les tests semblent avoir donné satisfaction, en gardant les ruches plus fraîches pendant la journée et plus chaudes durant la nuit. En somme, il s’agit ici d’un genre d’isolation thermique qui permettrait à la fois d’éviter la mort aux abeilles lors des vagues de chaleur, mais également de les protéger du froid durant l’hiver.