in

Un camp de base de l’Everest délocalisé à cause des activités humaines

Crédits : abhishek91yo/pixabay

Le Népal s’apprête à déplacer son camp de base de l’Everest en raison du réchauffement climatique et des activités humaines qui rendent le site beaucoup trop dangereux. Le site, fréquenté parfois par plus de 1 500 personnes pendant la saison printanière, se situe sur le glacier du Khumbu qui s’amincit malheureusement rapidement.

Deux voies d’ascension principales permettent de gravir l’Everest : l’arête sud-est par le Népal et l’arête nord-est par le Tibet. De ces deux itinéraires, l’arête du Sud-Est est techniquement le plus facile. Cette voie est donc la plus fréquentée. La plupart des ascensions sont effectuées aux mois d’avril et mai, avant la mousson. De nombreux opérateurs proposent aujourd’hui des expéditions moyennant des sommes comprises entre 50 000 à 70 000 dollars.

Un paysage fragilisé

Ces expéditions à répétition transforment évidemment ces camps de base en raison des activités humaines. En plus d’être soumise à des grimpeurs brûlant des carburants comme le kérosène pour cuisiner et se réchauffer, la région est également jonchée de quantités considérables de déjections. Une estimation suggérait que les gens produisaient plus de 4 000 litres d’urine au camp de base chaque jour.

Le réchauffement climatique fragilise également la région. Le camp permettant l’ascension par l’arête sud-est est situé à 5 364 mètres d’altitude sur le glacier du Khumbu, de plus en plus déstabilisé par la hausse continue des températures. Une étude menée par des chercheurs de l’Université de Leeds en 2018 a montré que le segment proche du camp de base s’amincissait au rythme d’un centimètre par an.

Non seulement la fonte de la glace provoque l’apparition de fissures autour du site, notamment la nuit, mais les alpinistes sont également de plus en plus menacés par les chutes de pierres et de débris.

Plus tôt cette année, une autre étude avait également révélé que le plus haut glacier de l’Everest, le South Col Glacie, avait perdu plus de deux mille ans de glace en trente ans et perdu la moitié de sa masse depuis les années 1990.

Everest camp de base
Vue sur le camp de base népalais au pied du glacier du Khumbu. Crédits : ilker ender/Wikipédia

Pour toutes ces raisons, les responsables du camp ont pris la décision de déplacer le site entre 200 et 400 mètres plus bas.

« Nous préparons maintenant la relocalisation et nous entamerons bientôt des consultations avec toutes les parties prenantes« , a déclaré Taranath Adhikari, directeur général du département du tourisme du Népal, s’adressant à la BBC. « Il s’agit essentiellement de s’adapter aux changements que nous constatons. C’est devenu essentiel pour la pérennité de l’activité d’alpinisme elle-même.«