in

Calendrier cosmique : du Big Bang à l’Homme en 365 jours

Credits : Pixabay

À défaut de pouvoir user d’une machine à voyager dans le temps type Delorean, nous devons faire avec celles dont nous disposons : les télescopes.

Car oui, les télescopes sont de véritables machines à remonter le temps. Les images des objets lointains mettent un certain temps à nous parvenir, car la lumière ne dépasse pas les 300 000 km/seconde dans le vide. Ainsi lorsque nous regardons le Soleil à 150 millions de km, nous le voyons tel qu’il était 8 minutes auparavant. En d’autres termes, contempler notre étoile nous fait voyager dans le passé de 8 minutes. Il est est de même avec tous les corps de ce monde, des planètes aux étoiles, en passant par les galaxies et amas de galaxies. Mais dans l’Univers les distances sont telles que notre esprit en perd parfois ses notions. C’est pourquoi en 1977, l’astrophysicien Carl Sagan publié dans son livre The Dragon of Eden, un calendrier cosmique résumant en une année toute l’Histoire de l’Univers. Ainsi nous comprenons avec plus de recul où est notre place.

Au 1er janvier

Dans ce calendrier le point de départ, qui n’en est pas un à proprement parlé, est donné par le Big Bang, le 1er janvier à 0 heure. Nous sommes au 31 décembre et ce calendrier d’une année compile au total 13,7 milliards d’années, l’âge de notre Univers. Chaque jour de ce calendrier représente ainsi 37,5 millions d’années, chaque heure 1,6 million d’années, chaque minute 26 000 ans et chaque seconde 434 ans. Vous y êtes ? Au 1er janvier donc naît le Big Bang. En résulte durant ses premières minutes initiales une soupe de particules opaque et très chaude. Un quart d’heure plus tard, l’Univers se refroidit permettant aux noyaux d’hydrogène et d’hélium de capturer des électrons et de devenir électriquement neutres.

Dans ce calendrier compressé, les premières étoiles du cosmos apparaissent dans la nuit du 2 au 3 janvier. Composées d’hydrogène et d’hélium, elles seront les graines qui ensemenceront l’Univers avant l’apparition des prochaines générations d’étoiles et de galaxies. Celles-ci apparaissent le 13 janvier. La Voie lactée n’en fait pas partie. Elle se formera autour du 11 mai. De janvier à septembre, l’Univers grandira, les étoiles brûleront du carburant et exploseront pour former de nouvelles étoiles qui formeront de nouvelles galaxies qui elles se regrouperont en amas et superamas. Notre Soleil n’apparaîtra que le 1er septembre dans la banlieue de notre galaxie, un endroit où il fait apparemment bon vivre.

Tout s’accélère

La plus ancienne roche terrestre connue s’est quant à elle formée le 16 septembre. Cinq jours plus tard, la vie apparaît avec les premiers organismes monocellulaires, ancêtres des archées et des bactéries. Ces organismes permettront la photosynthèse et oxygéneront l’atmosphère pendant le courant du mois d’octobre. Les premiers êtres pluricellulaires apparaissent début novembre et la vie accélère de plus en plus le pas. L’explosion cambrienne se joue le 14 décembre. Les éponges font leur apparition. Le 18 décembre fut le jour des premiers poissons, le 20 celui des plantes terrestres, le 21 celui des insectes, le 22 celui des amphibiens et le 23 celui des reptiles. Le jour de Noël, lui, sera le jour des premiers dinosaures.

Tout s’accélère, encore et encore

Le 26 décembre apparaissent les premiers mammifères, le 27 les oiseaux et le 29 les premières fleurs, en même temps que les primates. Tout se concentre enfin dans ce dernier jour de notre calendrier, le 31 décembre. Le lointain ancêtre commun aux singes et aux Hommes n’apparaît qu’aux environs de 14 heures. Entre 20 h et 21 h, la lignée humaine se sépare de celle des grands singes et Homo Sapiens, l’Homme moderne fait son entrée sur Terre aux alentours de 23 h 52. À 23 h 59 et 21 secondes il invente l’agriculture et à 23 h 59 et 49 secondes ils érigent les grandes pyramides de Gizeh. Athènes et Rome seront fondées à 23 h 59 et 53 secondes. Environ 5 secondes plus tard, Christophe Colomb découvre l’Amérique et nous voici à cette dernière et ultime seconde.

Notre histoire, celle de l’Homme moderne, ne tient que sur les 8 dernières minutes de ce calendrier long d’une année condensée. De quoi mesurer avec plus d’humilité et de recul notre place dans toute l’Histoire de l’Univers.

Source: Question clés Sciences/The Dragon of Eden

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.