in

Les homards développent des malformations en présence de câbles sous-marins

Crédits : Sybille Reuter / iStock

Une étude européenne a récemment révélé un exemple prouvant que les câbles électriques sous-marins peuvent avoir des conséquences indésirables sur les espèces animales marines. Les travaux portent sur le homard, dont certains spécimens peuvent en effet présenter des malformations.

Une altération du développement

En 2016, nous dévoilions une carte mondiale des câbles sous-marins. Il faut dire que les fonds marins abritent une véritable toile d’araignée d’environ 300 câbles par lesquels transitent la plupart des télécommunications. Or, si ces câbles offrent une rapidité bien plus importante que les transmissions par satellite, ceux-ci peuvent avoir des effets indésirables sur la faune environnante, comme l’explique une publication dans le Journal of Marine Science and Engineering du 21 avril 2022.

Avec l’aide d’autres chercheurs européens, un laboratoire de la station marine de St Abbs (Royaume-Uni) a réalisé une expérience très parlante. Les scientifiques ont exposé pas moins de 4 000 œufs de homard à un niveau de champ électromagnétique similaire à celui habituellement présent près des câbles sous-marins. Au même moment, ils ont observé le développement d’un autre groupe d’œufs non exposés.

Selon les résultats, les homards exposés aux ondes ont trois fois plus de risques de souffrir de malformations. Il est notamment question d’un mauvais développement des yeux, d’une queue plus petite et pliée ou encore d’un gonflement du corps. Les homards ont également participé à un test de nage verticale et les spécimens exposés aux ondes ont plus souvent échoué. Pourtant, la nage verticale permettant de remonter à la surface de l’eau est essentielle à l’alimentation des homards.

homard
Crédits : capture YouTube / future Net Zero

Une solution possible, mais difficile à mettre en place

Si les résultats concernant les homards sont préoccupants, il ne s’agit pas de la seule espèce étudiée ici. En effet, les chercheurs ont également mené des tests sur des larves de crabe. Les crabes ayant grandi près du champ électromagnétique ne présentaient quant à eux pas de malformations ou de difficultés à nager. En revanche, leur corps était de taille plus réduite, ce qui pourrait selon l’étude être un point négatif pour leur survie sur le long terme.

Ces travaux ont donc permis d’identifier un fait préoccupant : les câbles sous-marins impactent négativement le développement des espèces sous-marines. Selon les scientifiques, une solution en particulier pourrait permettre de régler le problème : enterrer les câbles au lieu de simplement les laisser reposer sur les fonds marins. Cependant, les travaux d’enfouissement coûteraient très cher et surtout, l’entretien du réseau gagnerait en difficulté.