in

Bulgarie : inquiétude autour de la mauvaise qualité de l’air en pleine pandémie

pollution de l'air
Crédits : USFWS / Pixnio

Alors que l’hiver pointe le bout de son nez, les Bulgares sont inquiets de l’incidence de la pollution de l’air sur la pandémie de Covid-19. La Commission européenne désire quant à elle sanctionner un gouvernement visiblement en manque de solutions ou de motivation à arranger la situation.

La capitale de la Bulgarie suffoque

Située à 590 mètres d’altitude au pied du mont Vitocha, Sofia est la capitale de la Bulgarie. Et si le confinement a amélioré la qualité de l’air partout en Europe, ses 1,3 million d’habitants ne respirent quant à eux plus. Il faut dire que cette ville est une des plus polluées au monde, occupant la 23e place du classement IQ Air 2019 derrière Santiago (Chili) et devant Téhéran (Iran). Avec le retour de l’hiver, Sofia a en outre retrouvé son habituel et épais brouillard de pollution. Ces dernières semaines, la concentration de PM10 a  en effet dépassé (en 24h) le seuil de 50 μg/m3 fixé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Récemment, la Commission européenne a également rappelé à l’ordre la Bulgarie et a déclaré avoir l’intention de saisir la justice pour « non-respect systématique » des limites de l’OMS. Selon la commission, Sofia n’a d’ailleurs pas encore véritablement commencé à mettre en place des mesures concrètes sur le terrain. Par ailleurs, la capitale n’est pas la seule ville du pays à faire face à ce problème.

Sofia Bulgarie
Cet hiver, Sofia ne respire plus et s’inquiète des incidences en lien avec le coronavirus.
Crédits : jdblack / Pixabay

Pourtant, les « coupables » sont bien connus, à savoir la poussière issue des moyens de chauffage au charbon, au bois et parfois même à base de pneus, de plastique ou encore de vieux meubles dans les quartiers défavorisés. Évoquons également les émissions de particules en provenance d’un parc automobile plutôt vieillissant.

Une synergie entre la pollution et la Covid-19

La différence entre la situation actuelle et celles des dernières années est la combinaison entre la pollution atmosphérique et l’actuelle pandémie de coronavirus SARS-CoV-2. Selon le pneumologue bulgare Alexandar Simidtchiev, la pollution aux particules fines impacte l’intégralité des organes du corps. Seulement voilà, cette même pollution agit en synergie avec la Covid-19. Dès lors que les particules fines pénètrent le système respiratoire, celles-ci attaquent les poumons ainsi que le cœur. Or, ceci peut aggraver les effets du coronavirus, mais également faciliter sa pénétration dans les cellules de l’organisme.

Alors que la Bulgarie affiche un bilan Covid-19 d’environ 175 000 cas pour plus de 5 400 décès, le pays a tout de même rapporté 983 morts entre le 1er et le 7 décembre 2020. À l’origine réfractaire aux restrictions, le gouvernement conservateur du Premier ministre Boïko Borissov a enfin pris certaines mesures. Celles-ci concernent la fermeture des restaurants, des écoles et des centres commerciaux afin de soulager les hôpitaux ayant du mal à faire face au flux de malades.