in

Ces briques d’aérogel vont-elles révolutionner l’isolation thermique ?

Crédits : Empa

Conçues par des chercheurs suisses, ces briques isolantes remplies d’aérogel représentent une alternative intéressante aux revêtements et autres matériaux ou méthodes utilisées pour isoler les constructions.

Souvent, l’isolation thermique n’est pas assez performante ou pas assez durable dans le temps, occasionnant des pertes énergétiques dans les diverses constructions existantes. Habituellement, l’isolation thermique est obtenue par l’utilisation de briques ayant déjà un matériau intégré (comme la perlite), mais également par l’application de couches isolantes appliquées sur les murs finis. Comme l’explique un communiqué, des chercheurs du Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche (Empa) à Dübendorf (Suisse) ont mis au point une brique nouvelle génération : l’Aerobrick.

Le composant principal utilisé n’est autre que l’aérogel, un matériau solide poreux contenant des bulles d’air microscopiques et doté de propriétés d’isolation thermique très importantes ainsi que d’une résistance à des températures allant jusqu’à 300 °C. Le but est de fabriquer des briques plus fines et à la forme plus simple puis de les remplir avec ce matériau isolant.

Selon les chercheurs suisses, afin d’atteindre les valeurs isolantes d’un mur de 16,5 cm d’épaisseur composé d’Aerobricks, un mur de briques en perlite (base de silice) devrait mesurer 26,3 cm d’épaisseur et dans le cas d’un mur de briques dépourvues d’isolation, l’épaisseur équivalente est évaluée à 1,24 mètre !

Une Aerobrick (à gauche), une brique de perlite (au centre) et des briques dépourvues d’isolation (à droite)
Crédits : Empa

Alors que les concepteurs de cette brique, qui a tout d’une révolution en ce qui concerne l’isolation thermique, estiment que le prix du mètre carré des Aerobricks (425 euros) est trop élevé pour s’imposer sur le marché, ces derniers pensent néanmoins qu’il s’agit là de la meilleure brique au monde. Un détail permet néanmoins d’être optimiste : le prix de l’aérogel pourrait baisser à moyen terme, ce qui pourrait permettre de réduire le coût de fabrication de cette fameuse brique.

Sources : Futura SciencesSwiss Info