in

Breast Self : le soutien-gorge qui détecte le cancer du sein

Crédits : Franio / Pixabay

L’entreprise First Warning Systems a conçu ce soutien-gorge pour détecter les signes précoces d’un cancer du sein et ainsi permettre de le soigner. Lumière sur cette invention.

À première vue, le Breast Self a tout d’un soutien-gorge de sport somme toute assez basique. Seulement, le fruit des recherches d’Elias Siores, professeur à l’université de Bolton lui a apporté bien plus que cela. C’est un outil technologique équipé de capteurs permettant de détecter et mesurer des changements de température, et donc de détecter la création d’une tumeur.

La relation entre la température et la tumeur est simple : une tumeur a besoin de nombreux vaisseaux sanguins pour s’irriguer. Pour se faire, lors de sa création, elle va provoquer la formation de nombreux vaisseaux sanguins. Cet afflux de vaisseaux va réchauffer l’endroit du corps où il passe, et donc ici, nous permettre de la détecter.

Il y a bien sûr des spécialistes sceptiques sur cette innovation, mettant en avant qu’il y a 20 ans de cela, cette technique (la « thermographie ») était déjà utilisée et qu’elle a été mise de côté par manque de preuve de son efficacité, mais First Warning Systems leur répond par des chiffres : Breast Self a déjà subi trois essais cliniques, a été testé par 650 « cobayes », et a détecté les tumeurs mammaires avec 90% de réussite. De plus, ce soutien-gorge permettrait de détecter les risques six ans plus tôt qu’une mammographie.

Ce thème a une réelle importance en France : en effet, nous déplorons chaque année en moyenne le décès de 11 300 personnes et 50 000 nouveaux cas. Si le Breast Self prouve son efficacité, ce serait une évolution sans précédent dans la lutte contre le cancer du sein. En attendant, il faudra évidemment continuer à participer au dépistage, les drames n’arrivent pas qu’aux autres.

Sources : First Warning Systems, Huffingtonpostcancerdusein.org/