in

Le plus ancien mammifère connu a 225 millions d’années

Une illustration de Brasilodon quadrangularis mammifère dans son environnement. Crédits : Muséum d'histoire naturelle

Brasilodon quadrangularis prend désormais le titre de l’espèce de mammifère (connue) la plus ancienne du monde, grâce à la découverte de nouvelles dents fossilisées. L’animal, qui ressemblait à une musaraigne, aurait émergé il y a au moins 225,42 millions d’années. Les détails de l’étude sont publiés dans le Journal of Anatomy.

De nouvelles recherches ont identifié les archives dentaires du plus ancien mammifère connu. Brasilodon quadrangularis ne mesurait que vingt centimètres de long à son époque, il y a plus de 225 millions d’années (Trias supérieur/Norien), soit environ vingt-cinq millions d’années après l’événement d’extinction de masse du Permien-Trias qui a conduit à l’extinction d’environ 70 % des familles de vertébrés terrestres.

Jusqu’à présent, le Morganucodon était généralement considéré comme le premier mammifère. Ce petit insectivore d’environ dix centimètres de long, également connu par seulement quelques dents fossiles, aurait cependant émergé vingt millions d’années après le Brasilodon.

« Des études comparatives avec des dentitions de mammifères récentes et des modes de remplacement des dents suggèrent qu’il s’agissait d’un animal placentaire à vie relativement courte« , souligne la Dre Martha Richter, du Musée d’histoire naturelle de Londres et principale auteure de l’étude. Brasilodon, qui côtoyait les plus anciens dinosaures connus, vivait probablement dans des terriers comme les musaraignes aujourd’hui.

Brasilodon quadrangularis mammifère
Une illustration de Brasilodon quadrangularis dans son environnement. Crédits : Muséum d’histoire naturelle

Dents de lait et dents adultes

Brasilodon est également le plus ancien vertébré éteint connu ayant eu deux ensembles de dents successifs, dont un ensemble de remplacements (diphyodontie). Le premier commençait à se développer au stade embryonnaire. Un second ensemble se développait ensuite après la naissance. La diphyodontie est un phénomène complexe entraînant des modifications profondes et contrôlées dans le temps de l’anatomie du crâne. Il est notamment impliqué dans la fermeture du palais secondaire (le toit de la bouche) qui permet aux juvéniles de téter tout en respirant en même temps.

Ce modèle de remplacement dentaire est une caractéristique clé des mammifères. Il diffère de celui des reptiles qui régénèrent de nouvelles dents plusieurs fois au cours de leur vie (polyphyodontie). C’est d’ailleurs ce modèle qui a permis aux chercheurs de conclure que ce petit animal était bien un mammifère primitif. Plusieurs spécimens ont en effet fourni des données anatomiques et histologiques de trois mâchoires inférieures à différents stades de croissance révélant le remplacement ordonné et chronométré des dents de lait par des dents adultes.

« Les preuves de la façon dont la dentition a été construite au cours du développement sont cruciales et définitives pour montrer que les Brasilodons étaient bien des mammifères« , souligne Moya Meredith Smith, du King’s College de Londres et co-auteure de l’étude. « Notre article élève le niveau du débat sur ce qui définit un mammifère et montre qu’il s’agissait d’une époque d’origine beaucoup plus ancienne dans les archives fossiles que celle connue auparavant« .