in

Un tétraplégique retrouve la sensation du toucher grâce à un bras robotisé !

Credit: Video Capture

Tétraplégique depuis douze ans suite à un accident de voiture, Nathan Copeland, un Américain, a pu retrouver la sensation du toucher grâce à un bras robotisé connecté à un implant situé dans sa zone cérébrale impliquée dans les sensations. 

Douze ans après avoir perdu le sens du toucher, Nathan Copeland a donc enfin pu retrouver cette sensation du bout des doigts. “Nathan Copeland dit ressentir ces sensations comme si elles venaient de sa propre main“, explique Robert Gaunt, ingénieur biomédical à l’université de Pittsburgh aux États-Unis, où a été pratiquée l’intervention.

Cette prouesse a été rendue possible par un bras robotisé développé par la Darpa, le laboratoire de recherche du ministère de la Défense américain, relié à un implant dans son cerveau. Présenté en 2015 au cours d’un événement organisé par la Darpa, ce dispositif, qui n’est pas une prothèse, donne ainsi des résultats cliniques qui sont publiés dans la revue Science Translational Medicine du 13 octobre 2016.

L’intervention chirurgicale a consisté en l’implantation de micro-électrodes dans le cortex sensoriel du patient, lesquelles sont reliées à des capteurs présents sur le bras robotisé. “Je peux sentir à peu près chacun de mes doigts – c’est une sensation vraiment très étrange, explique Nathan Copeland, près d’un mois après l’opération. “Parfois ça électrise, parfois c’est une pression, mais la plupart du temps je peux déterminer précisément quel doigt est touché. J’ai comme la sensation que mes doigts sont touchés“, poursuit-il. Cette approche pourrait être par la suite utilisée pour mettre au point des prothèses de main afin de transmettre des informations sur le point de contact ou la pression nécessaires pour manipuler des objets, selon les auteurs.

La vidéo ci-dessous montre les essais réalisés après l’opération au centre médical de l’université de Pittsburgh, où le patient doit reconnaître, les yeux bandés, quel doigt est touché.

Sources :uchicagonews, upmc