in

Ces boutons inutiles du quotidien nous donnant une « illusion de contrôle »

bouton piéton
Crédits : frantic00 / iStock

Notre monde est plein de boutons dont l’utilité réelle prête parfois au doute. Parfois nommés « boutons placebo », ils peuvent être pressés mécaniquement, mais nous nous interrogeons souvent à propos de leurs effets. En réalité, l’effet de ces boutons est davantage d’ordre psychologique.

Les « boutons placebo »

Qui n’a jamais pressé le bouton au passage piéton avant de se demander si ce dernier fonctionnait vraiment ou encore appuyé sur le bouton pour fermer plus rapidement la porte d’un ascenseur en supposant que celui-ci était inutile ? Comme l’expliquait un article publié par CNN en 2018, il est ici question de « boutons placebo ».

La chaîne américaine a interrogé Ellen Langer, du département de psychologie de l’Université Harvard. Elle a évoqué à cette occasion l’ « illusion de contrôle » satisfaite chez chacun d’entre nous par la pression de ces boutons. Cet effet psychologique est lié au fait qu’effectuer une action donne aux gens l’impression de contrôler la situation. Or, avoir cette impression de contrôle fait plus de bien qu’avoir le sentiment de subir ladite situation.

Le fait est que tous les boutons dont le fonctionnement réel interroge ne sont pour autant pas toujours des boutons placebo. Toutefois, nous n’en sommes pas loin. Selon CNN, qui reprend une déclaration du service municipal des Transports de New York, seulement 10 % des 1 000 boutons présents au niveau des passages piétons étaient fonctionnels en 2018. Or, ce taux est beaucoup moins important qu’en 2004, car à cette époque, les trois quarts de ces mêmes boutons étaient bel et bien en état de marche.

Et le phénomène ne s’arrête pas aux frontières des États-Unis. À Londres, au Royaume-Uni, presser le même type de bouton déclenche un panneau lumineux affichant le mot « wait ». Toutefois, cela n’implique aucunement la possibilité de traverser plus rapidement pour le piéton.

Une coordination des feux peu compatible

Il faut savoir que la baisse du nombre de boutons en état de marche aux abords des passages piétons n’est pas le fruit du hasard. En effet, les pouvoirs publics ne réparent tout simplement pas les dispositifs défectueux ou, pire encore, stoppent volontairement le fonctionnement de certains d’entre eux. Il faut dire qu’auparavant, lorsque le trafic routier était moins dense. La possibilité qu’un piéton puisse influer sur la circulation pour traverser plus rapidement était donc envisageable. Aujourd’hui, ce n’est plus vraiment le cas.

Rappelons que la coordination des feux tricolores qui représente parfois un véritable casse-tête est difficilement compatible avec la volonté des piétons de stopper la circulation de manière quasi soudaine. Comme New York, certaines villes comme Boston, Dallas, Seattle et bien d’autres ont ainsi largement réduit les effectifs des boutons pour piétons. En revanche, d’autres villes ont maintenu le « service », mais seulement sur des plages horaires précises.

bouton piéton
Crédits : RightClickStudios / iStock

Des boutons rassurants

Aux États-Unis, les boutons des ascenseurs en théorie destinés à une ouverture ou fermeture plus rapides des portes n’ont souvent aucune utilité. Cela s’explique notamment par une législation datant de 1990, stipulant que les portes d’un ascenseur doivent rester ouvertes assez longtemps pour qu’une personne en fauteuil roulant ou utilisant des béquilles puisse avoir le temps d’entrer. Le fait est que la réelle utilité de ces boutons dépend des pays, mais aussi des sociétés qui fabriquent les ascenseurs et de celles qui les exploitent. Or, il est tout à fait possible de les désactiver.

Un autre cas est celui des boutons de réglage du thermostat dans certaines chambres d’hôtel. En effet, beaucoup sont déjà réglés pour donner l’illusion de contrôle de la température aux clients alors qu’en réalité, la marge de manœuvre est limitée.

Pour Ellen Langer, les boutons placebo ne sont pas mauvais en soi. Ils n’ont peut-être aucun effet, mais ils ne coûtent en revanche pratiquement rien et apportent une sensation rassurante à leurs utilisateurs. Dans le cas des passages piétons, la présence de ces boutons permet même davantage de sécurité. En effet, il est plus sécurisant de presser le bouton et d’attendre plutôt que de traverser n’importe comment pour gagner une poignée de secondes.

Yohan Demeure

Rédigé par Yohan Demeure

Licencié en géographie, j’aime intégrer dans mes recherches une dimension humaine. Passionné par l’Asie, les voyages, le cinéma et la musique, j’espère attirer votre attention sur des sujets intéressants.