in

Un bout de France isolé en plein pacifique : l’atoll de Clipperton

Crédits : Shannon Rankin / Wikipédia

Connaissez-vous ce minuscule atoll français perdu en plein océan pacifique ? Aujourd’hui sans habitant, ce ne fut pas toujours le cas. Ce bout de terre paradisiaque découvert en 1705 est déclaré par le comité français de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature comme étant l’atoll le plus isolé du monde.

L’ile de Clipperton est donc un atoll situé dans le Pacifique à environ 6.000 km de Tahiti et à 1.300 km des côtes mexicaines. D’une superficie de de 6km2 avec un lagon central, l’atoll, dont les terres émergées représentent seulement 2km2 est fortement assujetti aux marrées. Le point culminant est un rocher d’origine volcanique de 29m de hauteur.

Le nom de l’île de Clipperton lui vient du flibustier et naturaliste anglais John Clipperton qui y aurait même débarqué en 1705. Bien qu’aucune trace écrite de son passage n’ait été retrouvée, l’histoire retint le nom de l’île de Clipperton sans que l’on en sache vraiment la raison, peut-être à cause d’une légende de trésor. La prise de possession de l’ile de Clipperton par la France ne remonte qu’à 1858 dans le cadre d’un projet de faire de l’île un port de relâche pour les bateaux à vapeur en construisant un phare sur le rocher.

Le Mexique annexa l’atoll en 1897 en raison de la découverte de grandes quantités de guano (phosphate) dont l’exploitation fut confiée à la Pacific Islands Company. Les « oubliés de Clipperton » sont une garnison mexicaine et leurs familles oubliées en 1906 dont les survivants ont été sauvés en 1917 par le navire américain « Yorktown ». Enfin, Victor Emmanuel III d’Italie confirme par arbitrage la souveraineté française en 1931 et le décret du 12 juin 1936 rattache l’atoll au « Gouvernement des Établissements français d’Océanie ».

L’atoll est entouré par une Zone Economique Exclusive de 425.000 km² offrant une potentialité de ressources halieutiques. Cependant mal connues, ces dernières n’ont pas fait l’objet de relevés assez réguliers. On sait que l’essentiel de la ressource est composé de thons et thonidés qui sont des espèces migratoires. Fort de cette position, l’atoll a permis à la France (en 1973) d’adhérer à l’Inter American Tropical Tuna Commission (I.A.T.T.C.) ouvrant sur l’une des zones de pêche les plus riches du monde.

> À savoir : Clipperton, l’île mystérieuse est un documentaire de Stéphane Dugast sorti en 2004 dont la volonté est de lever le mystère sur cet atoll perdu.

Sources : Ministère des outre mersClipperton.fr