in ,

Un bouclier magnétique pour les astronautes lors des futurs vols spatiaux ?

Crédits : S2RS / enerzine.com

L’exposition à long terme des astronautes aux rayonnements cosmiques lors des vols spatiaux présentant des risques, notamment de cancers, la mise au point d’un bouclier magnétique de protection est actuellement à l’étude dans le cadre du projet S2RS (Space Radiation Superconducting Shield).

À long terme, l’exposition aux rayonnements cosmiques galactiques ainsi qu’aux particules énergétiques solaires a des répercussions négatives sur l’organisme, augmentant notamment de manière significative les risques de cancers. Et avec les longues missions prévues dans un futur relativement proche, comme la colonisation de Mars ou encore les missions lunaires, il est essentiel de trouver des solutions pour contrer ces risques.

Afin de les trouver, c’est un groupe d’experts européens qui travaille actuellement sur un moyen de dévier ces rayonnements, un bouclier magnétique supraconducteur, qui entre dans le cadre du projet S2RS (Space Radiation Superconducting Shield). Il s’agit d’un projet financé par l’Union Européenne et né de la collaboration entre le CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives, en France) et l’INFN (Institut National de la physique nucléaire, en Italie). Le projet réunit depuis janvier 2013 une cinquantaine de scientifiques et l’objectif est de déterminer les pistes existantes et les développements à mener pour concevoir le blindage optimal.

Une autre vue du bouclier
Une autre vue du bouclier // Crédits : enerzine.com

Le dispositif actuellement développé par le groupe d’experts européens a donc pour principe la déviation des particules des rayons cosmiques par le biais d’un écran magnétique. Pour sa conception, les experts tablent sur la mise au point d’aimants supraconducteurs, qui permettront la protection contre les rayons dans l’espace, et de technologies supraconductrices et cryogéniques dont la fonction sera de préserver et de refroidir ces aimants, sans affecter le reste du vaisseau (équipements et équipages).

Une réunion des spécialistes s’est tenue ce 17 juin à Saclay, en France, au centre du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives, le CEA.

Source : enerzine

– Crédits photo : S2RS

Notez cet article