in

À Bornéo, un « singe hybride » inquiète les chercheurs

Crédits : Nicole Lee

Selon une nouvelle étude, un singe non identifié repéré à Bornéo serait probablement la progéniture d’un nasique et d’un langur argenté. Ces deux espèces, qui partagent le même habitat, sont pourtant éloignées sur le plan génétique. Les chercheurs s’inquiètent que ce type d’hybridation forcée se multiplie dans cette région où les activités humaines prennent de plus en plus de place.

L’hybridation interspécifique chez les primates est courante. Par exemple, les macaques à queue de cochon du nord (Macaca leonina) et ceux à queue de cochon du sud (Macaca nemestrina) se croisent parfois dans certaines parties de la Thaïlande. Cependant, ces espèces impliquées sont généralement similaires et appartiennent au même groupe évolutif ou genre.

Dans le cadre d’une étude publiée dans l’International Journal of Primatology, une équipe de chercheurs présente plusieurs preuves témoignant d’un éventuel événement d’hybridation entre Nasalis larvatus (Nasique) et Trachypithecus cristatus (Langur argenté) dans le sanctuaire de faune du bas Kinabatangan, à Sabah. Or, ces deux espèces qui n’appartiennent pas au même genre.

Un événement rare dans la nature

Les chercheurs s’appuient uniquement sur des preuves photographiques. Sur ces clichés, une femelle mature observée en tant que juvénile trois ans plus tôt portait un bébé. Le singe hybride aurait été repéré près de la rivière Kinabatanga, à Bornéo, où les populations de nasiques et de langurs argentés se chevauchent.

En règle générale, ces accouplements ne produisent pas de progénitures viables, d’où l’intérêt de ces observations. Il est possible que cette maman ait été maternante (qu’elle ait pris soin du bébé d’une autre femelle), mais les photos montrent une poitrine enflée (associée à la lactation), ce qui indique que la progéniture était bien la sienne.

Physiquement, les deux espèces se distinguent largement. Les nasiques adultes ont des visages rosâtres avec des nez allongés, tandis que les langurs argentés adultes affichent des visages noirs avec des nez plus courts et plus plats. Les premiers sont également plus grands. Un nasique mâle peut en effet mesurer jusqu’à 76 cm de long et peser de 20 à 24 kg, alors que les langurs ne dépassent pas les 56 cm de long et les 7 kg sur la balance. Or, la femelle singe présente ici des caractéristiques de ces deux espèces.

singe
Une famille de singes Nasiques dans un arbre à Bornéo. Crédits : USO
singe
Un groupe de Langurs argentés. Crédits : Anup Shah

Les nasiques en train de s’imposer ?

Les deux espèces vivent en groupes composés d’un mâle dominant. Les autres sont ainsi contraints de partir une fois matures pour créer ou prendre en charge un autre groupe. Cependant, le déclin de leur habitat limite leurs capacités de dispersion.

Sur la base de ces observations photographiques, les chercheurs estiment que les nasiques mâles s’accouplent avec des langurs argentés femelles. Ces mâles pourraient en effet utiliser leur plus grande taille pour évincer les concurrents plus petits et prendre ainsi le contrôle des groupes de langurs.  Les chercheurs soupçonnent la présence de plusieurs groupes mixtes dans la région.

Aussi fascinante soit cette découverte, les chercheurs s’en inquiètent. Il est en effet tragique que ces deux espèces soient finalement obligées de jouer des coudes pour se partager des parcelles de forêt de plus en plus étroites entourées de plantations de palmiers à huile. La nourriture et les possibilités d’accouplement se font aujourd’hui de plus en plus rares, ce qui pourrait in fine nuire aux deux espèces.