in

Bonne nouvelle pour les gorilles les plus menacés du monde

Crédits : WCS Nigeria

Des pièges photographiques ont récemment capturé les images d’un nouveau groupe de gorilles de la rivière Cross. Et surprise : plusieurs petits ont intégré les rangs. Une excellente nouvelle pour cette espèce durement touchée par les braconniers.

Le Gorille de la rivière Cross (Gorilla gorilla diehli) est une sous-espèce du Gorille de l’ouest (Gorilla gorilla). Évoluant dans la zone frontalière du Nigeria et du Cameroun, dans les forêts tropicales et subtropicales de la région, il est le primate le plus menacé de la planète. À ce titre, il se classe parmi les espèces en danger critique d’extinction.

Et pour cause, ces gorilles ont longtemps été la cible des braconniers. Au cours de ces dernières décennies, les populations ont été décimées, au point qu’en l’an 2000 il en restait moins de 200 dans la nature, vivant en petits groupes dispersés.

Des efforts qui portent leurs fruits

Depuis, des mesures de protection ont été mises en place et différents sanctuaires ont été délimités. Depuis 2005, la Wildlife Conservation Society (WCS) et la Conservation Association of the Mbe Mountains co-gèrent l’un d’eux, situé sur les pentes raides des montagnes du Mbe, au Nigeria.

Au cours de ces dernières années, des éco-gardes ont été déployés pour patrouiller dans la zone, veillant à ce que personne n’approche les gorilles. En parallèle, des campagnes de sensibilisation ciblant l’importance de la conservation sont menées auprès des populations locales.

Ces efforts portent leurs fruits. Selon le dernier recensement, la population de gorilles de la rivière Cross est aujourd’hui estimée à environ 300. Comme témoignage de cet élan, des pièges photographiques ont récemment capturé les images d’un groupe auparavant inconnu, dans lequel semblent évoluer plusieurs petits d’âges différents.

gorilles
Crédits : WCS Nigeria
gorilles
Crédits : WCS Nigeria

« Transmettre ce patrimoine aux générations futures »

Habituellement, les écologistes détectent indirectement la présence de ces gorilles à partir de leurs nids ou en ciblant leurs excréments et les sentiers d’alimentation. Le fait de pouvoir apprécier ces images est donc très rare.

« Il est extrêmement excitant de voir autant de jeunes gorilles – une indication encourageante que ces primates sont maintenant bien protégés et se reproduisent avec succès, après les décennies de chasse précédentes », s’enthousiasme Inaoyom Imong, directrice de la Wildlife Conservation Society Nigeria’s Cross River Landscape. « Bien que les chasseurs de la région ne ciblent plus les gorilles, la menace demeure et nous devons continuer d’améliorer l’efficacité de nos efforts de protection ».

Otu Gabriel Ocha, chef du village environnant Kanyang I, s’est également réjoui. « Je suis très heureux de voir ces magnifiques photos de gorilles avec de nombreux bébés dans notre forêt », a-t-il déclaré dans un communiqué. « Cela montre que nos efforts de conservation en partenariat avec la WCS portent leurs fruits. J’espère que nous pourrons transmettre ce patrimoine aux générations futures ».