in

Le bonheur aurait une odeur

Crédits : Pixabay

Le bonheur peut se lire sur un visage, s’entendre dans un discours ou se voir dans un comportement. Et s’il avait une odeur ? C’est ce qu’une équipe de chercheurs aurait réussi à prouver.

L’étude, dont le titre se traduit par « Un reniflement de bonheur », publiée dans Psychological Science, se base sur la participation de 12 jeunes hommes et de 36 jeunes femmes. Ceux-ci avaient été sélectionnés : au moment de l’expérience, aucun d’eux ne prenait de médicament, ne révélait une maladie psychologique, ne se droguait, ne fumait, ne buvait, ne consommait de nourriture à l’odeur trop prononcée, ne faisait de sport intensif ou n’avait d’activité sexuelle régulière.

Après que les chercheurs ont appliqué des tampons sur les aisselles pour recueillir la sueur, le groupe masculin a dû observer des vidéos leur procurant trois émotions distinctes : la peur, le bonheur et un sentiment neutre. Les hommes ont ensuite observé des symboles chinois et ont déclaré à quel point ils leur semblaient agréables. Leur état émotionnel a été ainsi déterminé et leur sueur prélevée grâce aux tampons.

Les femmes, qui ont un odorat plus développé et qui réagissaient plus aux stimuli émotionnels, ont alors senti trois échantillons chacune, sous le regard attentif des scientifiques. Les trois correspondaient aux trois émotions procurées par la vidéo. Ceux-ci ont en effet observé leurs expressions faciales et leurs réactions : l’état émotionnel de l’homme se transmettrait chez la femme par l’odeur.

Sentir la sueur des hommes qui avaient eu peur provoquait une certaine tension dans un muscle du front, ce qui traduisait la frayeur. Sentir celle des hommes heureux provoquait un sourire de Duchenne, c’est-à-dire un sourire sincère et spontané.

« La sueur produite par quelqu’un d’heureux induit chez la personne qui la sent un état similaire à celui du bonheur », explique Gün Semin, chercheur de l’université d’Utrecht aux Pays-Bas. Ainsi, le sentiment heureux pourrait se sentir mais aussi se transmettre par le biais de son parfum.

La prochaine étape pour les scientifiques est d’identifier la molécule chimique qui se trouve dans l’odeur du bonheur. Plus tard, la dépression et l’anxiété pourraient être traitées grâce à des parfums composés de cette senteur.

Sources : Psychological ScienceLe Vif, La Dépêche.

Avatar

Rédigé par