in

Les boissons végétales sont-elles plus écologiques que le lait ?

Crédits : Pxhere

Les boissons végétales comme le lait d’amande ou de soja sont de plus en consommées, la plupart du temps comme substituts au lait de vache. Certains y voient une alternative pour réduire leur impact environnemental, mais sont-elles pour autant plus écologiques ? Faisons le point.

Les boissons végétales ne sont pas nouvelles. La horchata de chufa (ou orxata), une boisson sucrée élaborée à partir des tubercules de souchet, était déjà populaire en Espagne il y a 1000 ans, et le lait de soja est mentionné dans les textes historiques depuis le IIIe siècle av. J.-C.. Néanmoins, force est de constater que ces mixtures sont de plus en plus présentes sur nos étals, car de plus en plus consommées. Et ce pour plusieurs raisons.

Certains y voient une alternative pour “ne pas prendre part” à la souffrance animale. Pour produire du lait, il faut en effet que les vaches “produisent” des veaux. Quelques jours après la naissance, ces derniers sont retirés à leur mère pour que des machines viennent pomper le lait disponible. Une fois les réserves épuisées, ces vaches sont de nouveau inséminées pour mettre au monde de nouveaux petits.

Pendant ce temps, les génisses sont généralement gardées pour renouveler le cheptel de vaches laitières, tandis que les mâles sont engraissés pour l’abattoir.

D’autres raisons peuvent expliquer la tendance. Certains ne supportent plus leur intolérance au lactose, par exemple, quand d’autres apprécient simplement le goût de ces boissons, qu’elles soient à base de soja, d’amande, de riz ou d’avoine.

Enfin, certaines personnes y voient une alternative plus écologique. Mais qu’en est-il exactement ?

Oui, le lait végétal est plus écolo

Lorsqu’il s’agit de savoir dans quelle mesure un produit est écologique ou durable, trois éléments principaux sont généralement mis en évidence : les émissions, l’utilisation des terres et l’utilisation de l’eau. Une étude de l’Université d’Oxford s’est récemment penchée sur la question. Comme nous montrent les trois graphiques ci-dessous, tous les types de lait végétal analysés (riz, soja, amande, avoine) se comportent mieux que le véritable lait.

lait
Comparaison des émissions (kg de CO2 par verre). Crédits : Poore & Nemecek (2018) with Datawrapper
lait
Utilisation de l’eau (litres par verre). Crédits : Poore & Nemecek (2018) with Datawrapper
graphique lait
Utilisation des terres (mètres carrés par verre). Crédits : Poore & Nemecek (2018), with Datawrapper

Le lait végétal n’est évidemment pas dénué de tout reproche. Si les émissions, l’utilisation des terres et l’utilisation de l’eau restent effectivement en dessous de celles inhérentes à la production du véritable lait, ces boissons n’en restent pas moins gourmandes. En outre, ce ne sont pas les seuls paramètres. L’avoine est par exemple généralement cultivée en monoculture, ce qui implique généralement l’utilisation accrue de pesticides.

Si vous souhaitez néanmoins choisir l’option la plus écologique, tout dépend de ce que vous priorisez. Si vous êtes le plus intéressé.e par la réduction des émissions, le lait d’amande sera préférable. En revanche, sa production consomme encore beaucoup d’eau. Globalement, le soja reste la meilleure option. Et comme nous montre ce dernier graphique, c’est aussi l’option la plus saine.

lait
Crédits : capture d’écran via ZMESCIENCE