in

Boire son café, partir sur Mars, et revenir pour le dîner

Crédits : iStock

Grâce au projet OnSight, les scientifiques sont aujourd’hui capables de fouler les terres martiennes. Virtuellement, du moins. 

« Une journée normale consiste à me rendre au bureau, à prendre mon café, à filer vers Mars pour y rester un petit moment, à consultez le dernier emplacement actif du rover martien, à écrire du code, puis je suis de retour à la maison pour le dîner » explique Alex Menzies, à la tête du développement de la réalité augmentée et virtuelle au JPL, lors du festival Smithsonian « The Future Is Here, » où il intervenait.

Effectivement, la NASA et Microsoft annonçaient il y a quelques mois leur association sur le projet OnSight, un logiciel permettant aux scientifiques de collaborer sur l’étude du sol martien par intégration d’hologrammes virtuels dans un environnement basé sur des données réelles de terrain collectées par le rover Curiosity. Une interface révolutionnaire permettant aux chercheurs de manipuler le Rover comme s’ils étaient sur la planète. Plusieurs personnes peuvent aussi se réunir à distance, dans une simulation de l’environnement martien recréé à partir des données collectées par Curiosity.

« Chaque fois que de nouvelles images sont transmises par le rover, nous les traitons afin d’obtenir automatiquement une scène en 3D que les scientifiques pourront utiliser » explique Alex Menzies. « Ainsi, ils pourront mettre leur casque HoloLens et se promener à la surface de Mars peu de temps après la fin de la transmission avec le rover […] On peut observer le paysage martien à partir d’une perspective à taille humaine. Il ne s’agit pas seulement de voir à travers l’œil de la caméra du rover, mais d’observer la surface de Mars comme si on se tenait debout à côté du rover. »

Une expérience visuelle immersive qui donne aux chercheurs la possibilité de planifier des missions et de faire des observations scientifiques à un niveau plus intuitif qu’avec de simples jets de données brutes. De cette façon, les scientifiques peuvent notamment évoluer au sein du cratère de Gale, où Curiosity se situe actuellement.

« Cet outil est d’autant plus puissant quand on réalise que tout ce que l’on voit est bien réel. Ce sont de vraies images, faites à partir de vrais photons qui ont un jour rebondi à la surface de Mars. C’est incroyable. On ressent ce que cela fait de marcher sur une autre planète. Mars n’est plus cette sphère floue et abstraite dans le ciel, mais un lieu que l’on peut visiter. On peut s’y réunir. On peut même y aller en amoureux « .

Source : Motherboard / Onsight