in

Blue Origin dévoile ses plans pour une station spatiale privée

Crédits : Blue Origin

Blue Origin et la société Sierra Space ont récemment annoncé leur intention de construire une station spatiale orbitale. Nommée Orbital reef, la structure devrait évoluer à 500 km d’altitude et sera capable d’accueillir jusqu’à dix personnes. D’après les deux sociétés, elle sera opérationnelle durant « la deuxième moitié de la décennie ».

Blue Origin aura aussi sa station

L’ISS devant être mise au rebut d’ici la fin de la décennie, de nombreuses entreprises privées y voient une occasion d’assurer une présence humaine permanente américaine dans l’espace. Développée par le trio d’entreprises Lockheed Martin, Nanoracks et Voyager Space, la station Starlab sera mise en orbite dès 2027. La société Axiom Space a également prévu de greffer plusieurs de ses modules à l’ISS durant la décennie, avant de finalement s’émanciper pour évoluer de manière autonome. Mais elles ne sont pas les seules.

En effet, Blue Origin, en collaboration avec la société Sierra Space, basée dans le Colorado, est également sur le coup. Les deux entreprises ont annoncé ce lundi vouloir construire une station privée pouvant accueillir jusqu’à dix personnes à plus de 500 km d’altitude, soit légèrement au-dessus de l’ISS.

«Pendant plus de soixante ans, la NASA et d’autres agences spatiales ont développé des vols spatiaux orbitaux et des habitations spatiales, nous préparant au décollage des affaires commerciales au cours de cette décennie», a déclaré Brent Sherwood, directeur de Blue Origin. «Nous élargirons l’accès, réduirons les coûts et fournirons tous les services et équipements nécessaires pour normaliser les vols spatiaux».

blue origin
Le module de base d’Orbital Reef, la future station de Blue Origin. Crédits : Blue Origin

Une structure d’envergure

D’après le communiqué, la structure de 830 m3 (légèrement plus petite que l’ISS) pourrait être opérationnelle durant «la deuxième moitié de la décennie». Baptisée « Orbital reef » (récif orbital), elle est décrite comme un « parc commercial » destiné à accueillir de multiples clients.

«Agences spatiales expérimentées, consortiums dans les hautes technologies, nations sans programme spatial, médias et agences de voyages, entrepreneurs et inventeurs subventionnés, investisseurs portés vers l’avenir, tous ont leur place» à bord, ont énuméré les entreprises dans leur communiqué.

Dans le cadre de ce partenariat, Blue Origin développera des modules de base et des systèmes utilitaires, ainsi que des services de lancement à l’aide de sa fusée New Glenn (toujours en cours de développement). Sierra Space, en tant que « partenaire principal » de l’effort, contribuera à la conception d’un module gonflable appelé LIFE. Son avion spatial cargo Dream Chaser sera également de la partie. Une version avec équipage est également prévue.

Le projet bénéficie également du soutien de l’Arizona State University, mais également de Boeing, qui sera en charge du module scientifique. La société fournira également le « taxi » permettant de rejoindre cette station : sa capsule Starliner. Rappelons que ce vaisseau, qui concourt avec la capsule Crew Dragon de SpaceX pour transporter des astronautes vers l’ISS, n’a toujours pas réglé ses problèmes techniques. Pour ses raisons, le premier vol opérationnel du Starliner est désormais prévu pour l’année prochaine.