in

Blob : comment cet étrange organisme stocke-t-il sa “mémoire” ?

Crédits : Wikipedia

Le blob est organisme étonnant, totalement dépourvu de système nerveux. Et pourtant, celui-ci est capable d’avoir une sorte de mémoire lui permettant notamment d’apprendre à ne plus avoir peur d’une substance sans danger. Justement, une récente étude a démontré comment le blob gérait cette mémoire !

Qu’est-ce que le blob ?

Vivant dans des zones fraîches et humides telles que les tapis de feuilles ou le bois mort, le blob (Physarum polycephalum) est un organisme unicellulaire. N’ayant aucun système nerveux, celui-ci est pourtant doté de certaines capacités d’apprentissage. Une étude pilotée par le CNRS en 2016 avait prouvé que le blob pouvait apprendre à ne plus craindre une substance inoffensive (mais aversive). De plus, cet organisme est capable de communiquer cette absence de danger à ses semblables !

Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Philosophical Transaction of the Royal Society B le 22 avril 2019, des chercheurs disent avoir trouvé le support de cette “mémoire”. À l’origine de cette découverte, une équipe comptant notamment Audrey Dussutour du Centre de recherches sur la cognition animale (Université de Toulouse), qui a participé à la première étude de 2016.

Crédits : CNRS

Le blob absorbe les substances

Les meneurs de l’étude ont observé que ces échanges d’informations se produisaient lorsque les réseaux veineux de deux blobs fusionnaient. Ils se sont alors demandé si ces informations circulaient par le biais des veines, et si la substance en question constituait le support de cette sorte de mémoire. Durant six jours, les chercheurs ont entraîné des blobs à traverser des environnements salés afin de les habituer. Or, la concentration en sel de certains individus était dix fois plus élevée que celle d’autres spécimens jugés “naïfs”. Or, en ayant placé les blobs dans un environnement neutre, les chercheurs ont observé que le sel était évacué au bout de deux jours. Ainsi, ceux-ci perdaient du même coup leur mémoire.

Afin de comprendre le lien entre la concentration de sel dans l’organisme et la mémoire de l’apprentissage, les chercheurs sont allés plus loin. Ainsi, des blobs naïfs ont reçu une injection de sel directement dans leur organisme. Ceux-ci se comportaient alors comme les blobs entraînés lors de la première étape.

Il faut savoir que les blobs sont capables d’entrer dans un état de dormance. Cela se produit lorsque les conditions environnementales se dégradent. Les scientifiques ont pu prouver qu’un mois après être entrés dans cet état, les blobs conservaient leur mémoire liée au sel. Au final, les substances aversives elles-mêmes constituent la mémoire du blob ! Désormais, les chercheurs tentent de savoir si ces organismes sont capables de mémoriser plusieurs substances de façon simultanée, et à quel point ils peuvent s’y accoutumer.

Sources : CNRS20 Minutes

Articles liés :

On en sait un peu plus sur le “blob”, cet organisme unicellulaire capable d’apprendre

Assistez à la transformation d’une vie unicellulaire en une vie multicellulaire

Il y aurait sous nos pieds des millions d’espèces microbiennes inconnues