in ,

Biométrie : des bases de données d’empreintes vocales créées dans les prisons américaines !

Crédits : Max Pixel

Aux États-Unis, des finances publiques allouées par le Département de la Défense serviraient à constituer des bases de données biométriques composées des empreintes vocales des prisonniers. Le but ? Lutter contre la fraude et améliorer la sécurité dans les prisons du pays.

Que se passe-t-il dans les prisons américaines ?

La nouvelle a été dévoilée par The Intercept dans un article publié le 31 janvier 2019. L’article mentionne les déclarations d’un détenu de la prison de Sing Sing à New York. L’intéressé a indiqué avoir été amené – avec des compagnons de cellule – devant un conseiller correctionnel qui leur a proposé un étrange chantage. En effet, il était question de faire passer aux détenus un test téléphonique, à savoir répéter les phrases qu’une voix automatique dictait. En cas de refus, les prisonniers perdaient totalement leur accès au téléphone.

L’article indique que les établissements pénitenciers américains constitueraient des bases de données biométriques composées des empreintes vocales des prisonniers. Ceci concernerait les prisons de l’État de New York, mais également celles des États de l’Arizona, de Floride ou encore du Texas. Il serait question d’une technologie de reconnaissance vocale destinée à la création de signatures biométriques, une technologie décrite dans un brevet déposé par une société basée à Dallas auprès de l’United States Patent and Trademark Office (USPTO) en juillet 2016.

Officiellement, il s’agit d’améliorer la sécurité et de lutter contre la fraude en prison. L’opération aurait été financée par le Département de la Défense américain – avec l’argent public – qui à l’origine, désirait identifier les appels passés par des terroristes ou des criminels présumés.

Crédits : USPTO

L’IA déjà utilisée par la police

Ces dernières années, l’intelligence artificielle s’est immiscée dans la liste des méthodes utilisées par la police de certains pays. En 2017, le premier robot-policier est officiellement entré en service à Dubaï. La même année, le Delaware (États-Unis) a déclaré vouloir équiper ses véhicules d’intervention de caméras boostées à l’IA capables de l’aider à identifier des véhicules recherchés. Au même moment, la ville de Chicago annonçait avoir eu recours à un algorithme de prédiction des crimes ayant fait baisser le taux fusillades de 39 % durant les six premiers mois d’utilisation.

Ces prédictions faisant penser au film Minority Report (2002) font également l’objet d’un programme en Chine. Le but ? Passer en revue des milliers d’images de caméras de surveillance installées dans une cinquantaine de villes à travers le pays, afin d’analyser les comportements. Il y a quelques semaines, nous évoquions également l’existence d’un système assez semblable baptisé National Data Analytics Solutions (NDAS) qui devrait entrer en vigueur au mois de mars 2019 au Royaume-Uni.

Source

Articles liés :

Cette IA peut retrouver un individu en fonction de ses caractéristiques physiques !

Une IA capable de reconnaître des visages en partie masqués

Des chercheurs tentent de mettre au point une I.A qui vous connaîtrait de manière intime !