in

Biographie : Thomas Edison (1847-1931), l’inventeur aux 1000 brevets !

Crédits : Wikipedia

Inventeur américain, Thomas Edison est à l’origine de la société General Motors et a participé au développement de la télégraphie, de l’électricité, du cinéma ainsi que de l’enregistrement du son. Avec son millier de brevets, il est considéré comme un des plus grands scientifiques de l’ère moderne.

Jeunesse

Né d’un père canadien d’origine néerlandaise, Thomas Edison est le cadet d’une famille modeste qui le stimule intellectuellement. En échec scolaire à l’âge de 7 ans pour ses “excès de curiosité”, il est ensuite pris en charge par sa mère à domicile. Parfait autodidacte, il lira des grands auteurs tels Charles Dickens ou Shakespeare et viendra à bout de nombreux ouvrages traitant de science. À 10 ans, Thomas Edison a déjà une sorte de petit laboratoire de chimie dans le sous-sol de la maison.

À 12 ans, il réunit ses premières économies en travaillant sur la ligne ferroviaire régulière entre Port Huron (là où il réside) et Detroit en tant que vendeur de journaux et autres petits boulots. Thomas Edison devient presque sourd à l’âge de 13 ans après avoir attrapé la scarlatine, et ceci impactera beaucoup son caractère.

En 1862 à l’âge de 15 ans, il s’achète une presse d’imprimerie qui lui permettra de rédiger et d’imprimer durant les trajets son propre mini-journal hebdomadaire : le Weekly Herald. Au même moment, il s’intéresse au télégraphe du train, inventé en 1838 par Samuel Morse et est autorisé à aménager son laboratoire de chimie au même endroit que sa presse d’imprimerie.

Edison le télégraphiste-entrepreneur

L’intéressé devient ensuite très vite télégraphiste à Memphis, Toronto (Canada) puis à Boston et New York. En parallèle de son emploi, il travaille sur quelques inventions : le transmetteur-récepteur duplex automatique de code Morse (son premier brevet) et une machine de comptage automatique de vote. Il améliorera également le téléscripteur de la Bourse de New York (Wall Street) et inventera le télégraphe multiplexé automatique.

En 1874 à 27 ans, Thomas Edison devient patron de sa propre entreprise et se pose en précurseur de la recherche industrielle moderne appliquée. Dirigeant avec deux associés une équipe de 60 chercheurs, Thomas Edison supervise jusqu’à 40 projets simultanément. Au total, ce seront 1 093 brevets qui lui seront attribués alors que plus de 500 autres seront abandonnés ou non acceptés.

Les inventions de Thomas Edison

Après la création de sa société qui deviendra plus tard General Electric, Thomas Edison est à l’origine de nombreuses inventions : un microphone pour les téléphones (1876), le phonographe (1977), une lampe à incandescence (1879) en améliorant une invention déjà existante, ainsi qu’une centrale électrique à courant continu (1882). Il inventera également le kinétographe (1891), c’est-à-dire la première caméra de prises de vues cinématographiques au format de pellicule 19 mm. Le format 35 mm à défilement vertical vient au même moment (1891), et plus tard le premier studio de production de films (1893). Citons également la lampe fluorescente à partir d’un tube à rayons X (1895) ou encore un appareil de projection de films destiné aux amateurs, le Home Projecting Kinetoscope (1903).

La première centrale électrique à charbon du monde est donc l’œuvre de Thomas Edison. Le but ? Produire du courant continu dans le quartier de Wall Street à Manhattan (New York), à savoir 85 maisons via pas moins de 1 200 lampes. Plus tard, plusieurs autres centrales éclaireront ensemble pas moins de 430 immeubles de la ville par le biais de plus de 10 000 ampoules. Lors d’une bataille entre Thomas Edison – partisan du courant continu – et son employé Nikola Tesla (courant alternatif), le premier avait tenté de prouver le danger du courant alternatif en électrocutant des animaux. Ces démonstrations conduiront à l’invention de la chaise électrique par Harold P. Brown – un autre de ses employés – à la fin des années 1880.

Thomas Edison avait également un projet d’invention qu’il n’a pas pu réaliser avant sa mort en 1931, à l’âge de 84 ans. En effet, l’intéressé désirait mettre au point un “nécrophone”, c’est-à-dire un appareil censé permettre la communication avec les morts en enregistrant leur voix et d’autres sons. En effet, l’inventeur pensait que « l’âme de l’homme est immortelle ». Un an avant sa mort, l’inventeur continuait de travailler d’arrache-pied. Il avait en effet mené des tests sur environ 17 000 plantes afin de fabriquer de la gomme synthétique, ce qui a donné lieu à son dernier dépôt de brevet.

Première ampoule électrique de Thomas Edison (1879)
Crédits : Wikipedia

Ses “petits dérapages”

À l’âge de 7 ans, Thomas Edison est déscolarisé car son professeur l’avait jugé hyperactif, stupide et trop curieux. L’élève posait trop de questions et n’apprenait soi-disant pas assez vite. Durant ses expériences de chimie à bord du train l’ayant vu travailler pour la première fois, une secousse avait renversé un flacon de phosphore et provoqué un incendie. Cet accident lui avait valu un renvoi sur-le-champ.

Durant son emploi de télégraphiste à Memphis, son directeur avait remarqué que Thomas Edison dormait ou lisait au lieu de se préoccuper de son travail. Ainsi, il lui a été demandé d’envoyer un message toutes les demi-heures pour confirmer son activité. En assumant ce même type d’emploi à Toronto, Thomas Edison a fait une nouvelle faute en continuant ses expériences. De l’acide sulfurique s’est échappé d’une batterie au plomb puis a traversé le plancher, pour finir dans le bureau du directeur qui l’a également renvoyé sur-le-champ.

Citations de Thomas Edison

« Le génie est fait d’1 % d’inspiration et de 99 % de transpiration. »

« Si nous faisions tout ce que nous sommes capables de faire, nous en serions abasourdis. »


« Notre plus grande faiblesse réside dans l’abandon ; la façon la plus sûre de réussir est d’essayer une autre fois. »

« J’étais exclu de cette forme particulière des relations sociales qu’on appelle le bavardage. Et j’en suis fort heureux… Comme ma surdité me dispensait de participer à ces bavardages, j’avais le temps et la possibilité de réfléchir aux problèmes qui me préoccupaient. Ma surdité m’avait appris que presque n’importe quel livre peut être agréable ou instructif. »

« Ne jamais inventer quelque chose dont les gens ne veulent pas. »

« Pour créer, il suffit d’avoir une grande imagination et une pile de vieilleries. »

« Je n’ai jamais mis au point une invention sur laquelle je n’avais pas réfléchi en termes de service qu’elle pouvait apporter aux autres. J’ai trouvé ce dont le monde avait besoin, alors je l’ai inventé. »

Sources : LarousseL’Internaute

Articles liés :

Les centrales au charbon sont plus qu’un simple fardeau environnemental

Les ampoules halogènes seront bientôt interdites, mais par quoi les remplacer ?

Huawei annonce qu’à l’avenir, les vivants pourront communiquer avec les morts