in

Biographie : Magellan (1480-1521), le premier tour du monde !

Crédits : Wikimedia Commons

Fernand de Magellan est un explorateur et navigateur portugais célèbre pour avoir été à l’origine de la première circumnavigation de l’histoire. L’expédition a en effet été la toute première à traverser l’océan Pacifique, réalisant alors le rêve de Christophe Colomb !

Les premiers voyages de Magellan

Les historiens savent que Magellan appartient à la lignée des Magalhães, une famille noble du Nord du Portugal. Toutefois, des débats existent sur sa position dans l’arbre généalogique et sa jeunesse reste un épais mystère. Commençant en tant que page à la cour du Portugal, Magellan s’orientera vers l’armée. Sa première expérience maritime vers les Indes en 1505 lui donnera le goût de la mer et des expéditions.

L’année suivante, il participera aux expéditions d’Afonso de Albuquerque. Ce dernier – représentant une des figures de l’expansion portugaise en Orient – sera gouverneur des Indes portugaises entre 1509 et 1515. Magellan sera nommé capitaine en 1510 et prendra part à des expéditions militaires à Malacca (actuelle Malaisie). Après un retour au pays en 1512, il  est envoyé au Maroc en 1513, à nouveau à des fins guerrières. Là-bas, il se blesse gravement au genou et perd les faveurs de la cour pour une affaire de commerce illégal avec les Maures.

À ce moment-là, Magellan a déjà l’ambition d’ouvrir une nouvelle voie maritime vers les Indes, passant par l’ouest. Il s’agissait du rêve porté par Christophe Colomb plus d’une vingtaine d’années auparavant avant que ce dernier échoue en Amérique. En revanche, la cour du Portugal rejette le projet de Magellan. Celui-ci tente alors sa chance en Espagne en 1517 auprès du roi, le futur Charles Quint. Le souverain est séduit par l’ouverture d’une nouvelle route vers les îles des épices (Indonésie), ce qui permettra de revendiquer ces terres et s’enrichir davantage.

Le grand voyage autour du monde

Le 20 septembre 1519, Magellan embarque sur La Trinidad et quitte l’Espagne avec quatre autres navires et 237 hommes sous ses ordres. Quelques jours plus tard, ils arrivent aux îles Canaries avant d’entreprendre la traversée de l’Atlantique jusqu’au Brésil. L’expédition arrive dans la baie de Santa Lucia (Rio de Janeiro) fin novembre 1519. Ensuite, les navires font route vers le sud pour tenter de contourner l’Amérique du Sud. Magellan explorera l’estuaire du río de la Plata, où se trouve Buenos Aires (actuelle Argentine). L’objectif était de trouver un passage vers la mer, mais cette entreprise fut un échec.

Ainsi, l’expédition se dirige à nouveau vers le sud, alors que l’été austral touche à sa fin. Entre mars et novembre 1520, l’expédition stagnera en Patagonie et subira même une mutinerie avant de passer le détroit connu aujourd’hui sous le nom de “détroit de Magellan”. Le passage est difficile et un navire est envoyé en reconnaissance : le Santiago, qui finira par s’échouer. Alors que Magellan poursuit avec les quatre navires restants, le San Antonio subit une autre mutinerie et déserte.

Trajet des navires dans le détroit de Magellan
Crédits : Wikipedia

À la sortie du détroit, la traversée de l’océan Pacifique se fait sans encombre. En fin janvier 1521, les trois navires restants arrivent à Puka Puka (actuelle Polynésie française). Quelques semaines plus tard, ils atteignent l’archipel de Kiribati et les îles Mariannes (Guam) en mars. Peu après, les navires débarquent aux Philippines à Limasawa, puis à Cebu où le peuple se converti au christianisme. Magellan succombera sur l’île de Mactan le 27 avril 1521, lors d’une bataille contre un roi ayant décidé de ne pas se soumettre.

Un retour sans Magellan

À la mort de Magellan, le commandement est repris par Juan Sebastián Elcano, jusque là capitaine de la Victoria. À ce moment-là, 113 hommes composent l’expédition, ce qui est trop peu pour trois navires. Ainsi, ils se débarrassent de la Concepción et gardent la Victoria et la Trinidad, qui prendront le large dès le mois de mai 1521 face à l’hostilité des locaux. Après une escale à Brunei, les deux navires arrivent à Tidore aux îles Moluques (Indonésie) en novembre, et s’y ravitaillent. Alors que la Victoria s’apprête à sortir du port, les marins découvrent une importante voie d’eau à bord de la Trinidad. Le navire est contraint de rester pour des réparations, et repartira seulement quatre mois plus tard avec 50 hommes. Celui-ci sera contrôlé par les Portugais qui y trouveront une vingtaine d’hommes affaiblis par leur tentative de rejoindre l’isthme de Panama vers l’est.

La Victoria poursuit alors sa route avec une soixantaine d’hommes et après une escale dans le Timor, parvient à traverser l’océan Indien et à passer le cap de Bonne-Espérance (Afrique du Sud). Finalement, seuls 18 marins arrivent en Espagne 6 septembre 1522 et 12 autres prisonniers des Portugais au Cap-Vert reviendront plusieurs semaines après. Par ailleurs, cinq survivants de la Trinidad sont parvenus à accomplir le tour du monde, mais ne reviennent en Europe qu’en 1525 (ou 1526 selon les sources).

La carte du tour du monde débuté par Fernand de Magellan et bouclé par Juan Sebastián Elcano
Crédits : Wikipedia

Bilan de ce tour du monde

La Victoria est le tout premier bateau ayant effectué la circumnavigation complète du globe. Par ailleurs, la vente des épices rapportées des Moluques couvre l’essentiel des frais engagés au départ du projet. Malheureusement, ces mêmes ventes ne couvriront pas les arriérés de solde dus aux survivants et aux veuves. D’autres expéditions verront le jour, celles de García Jofré de Loayza en 1526 et Álvaro de Saavedra en 1527, mais seront de véritables désastres. L’Espagne renoncera aux Moluques, mais reviendra prendre possession des Philippines en 1565, revendiquées au nom de la première découverte.

Il faut également savoir que le passage du détroit de Magellan est abandonné pour son extrême difficulté. Par ailleurs, le retour de Juan Sebastián Elcano prouve une chose : le passage du sud-ouest n’est pas viable économiquement face à la route portugaise du Cap de Bonne-Espérance vers l’est. Finalement, le percement du canal de Panama en 1914 représentera la seule véritable alternative au passage du sud-ouest.

Articles liés :

Marco Polo (1254-1324) et le Livre des merveilles

Cartographie : quand la religion s’occupait de représenter le monde au Moyen-Âge

Les Hommes sont arrivés en Amérique plus tôt que ce que l’on pensait