in

Biographie : Léonard de Vinci (1452-1519), génie de la Renaissance

Autoportrait / Domaine Public

Personnage historique fascinant, Léonard de Vinci était un artiste avant tout, mais s’est révélé être un homme de sciences dont le génie n’a d’égal que son audace. Encore aujourd’hui, peu d’hommes sont à la fois artistes et scientifiques, si bien que l’histoire de Léonard de Vinci suscite encore un profond intérêt.

Enfance et jeunesse

Léonard de Vinci est né en 1452 dans un village près de Vinci en Toscane (Italie). Né de l’union d’un descendant d’une riche famille de notables et d’une fille de paysan, Lionardo (son nom de baptême) sera également élevé par son oncle Francesco. Celui-ci lui apprendra notamment comment bien observer la Nature.

Dans son village, Léonard reçoit une éducation assez libre. Les premiers apprentissages concernant la lecture, l’écriture et l’arithmétique ne surviendront qu’entre l’âge de 12 et 15 ans. Par ailleurs, il dessine déjà des caricatures et pratique l’écriture spéculaire en dialecte toscan. L’enfant n’est pas lettré et ne maîtrise donc pas le grec et le latin. Ces deux langues que doivent absolument maîtriser les savants seront apprises par Léonard – et de manière imparfaite – seulement vers l’âge de 40 ans, en autodidacte.

L’artiste Léonard

En 1470, Léonard devient apprenti à l’atelier d’Andrea del Verrocchio de Florence, et choisit alors le métier d’artiste. Il y fera les premiers pas d’une carrière qui le placera parmi les plus grands peintres de la Renaissance. Léonard de Vinci aura appris durant sa formation de nombreux savoirs concernant le travail du bronze, du plâtre, et du cuir, ainsi que les techniques artistiques de dessin, de peinture et de sculpture. Par la suite, l’artiste se mettra au service du duc de Milan Ludovic Sforza, et ce jusqu’en 1499 avant d’être employé par les Vénitiens après sa fuite, causée par la prise du duché de Milan par les troupes de Louis XII.

Citons quelques œuvres de Léonard de Vinci : La Madone à l’œillet (1476), La Vierge aux rochers (1483-1486), La Cène (1494-1498) fresque du couvent dominicain de Santa Maria delle Grazie ou encore La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Anne (1501), La Madone aux fuseaux (1501) et La bataille d’Anghiari (1503-1505). En revanche, l’œuvre majeure de l’artiste n’est autre que La Joconde, aujourd’hui exposée au musée du Louvre à paris.

La Joconde, peinture de Léonard de Vinci (réalisée au début du XVIe siècle). Crédits : Wikipedia

L’ingénieur de talent

Lorsqu’il était encore assistant d’Andrea del Verrocchio, Léonard de Vinci avait déjà montré ses qualités d’ingénieur. En 1478, ce dernier parvint à soulever – sans la ruiner – l’église octogone de Saint-Jean de Florence afin d’y ajouter un soubassement. En 1490, il participe à une sorte de congrès d’architectes et d’ingénieurs réunis pour l’achèvement du Dôme de Milan dont il était chargé d’étude.

À cette époque, l’intéressé réfléchit à de nombreux projets. Il parvient par exemple à améliorer le métier à tisser, les grues ou encore les horloges et sera intéressé par l’urbanisme, comme en attestent ses plans de cités idéales. Il sera également ingénieur chargé de travaux pour l’aménagement hydraulique (fleuves, canaux) à Milan.

Chez les Vénitiens, Léonard occupera la fonction d’architecte et ingénieur militaire. Il y inventera un scaphandre à casque rudimentaire et élaborera une stratégie de défense de la ville – notamment contre les Ottomans – à savoir le relèvement du cours du fleuve Isonzo par des écluses, afin de pouvoir inonder toute une région proche de Venise. Plus tard, il sera au service de César Borgia, duc de Valentinois (aujourd’hui la Drôme française). Chargé d’inspecter les territoires nouvellement conquis, il y dessinera de nombreuses cartes de villes et rapportera une multitude d’observations dans ses carnets.

En 1503, Léonard de Vinci devient ingénieur de guerre et mettra au point des engins de siège tels que la catapulte, le mortier et la baliste ainsi que des arquebuses. C’est également à cette époque qu’il présentera son projet de déviation du fleuve Arno, destiné à créer une voie navigable permettant de relier Florence à la mer tout en maîtrisant les inondations fréquentes dans cette région.

Dernières années en France

Un an après la perte de Milan par la France, en 1512, Léonard de Vinci part à Rome où il sera au service du duc Julien de Médicis, frère du pape Léon X. Ce séjour sera une déception. Un projet d’assèchement des marais pontins appartenant au duc incarnera un de ses seuls succès. Avec la reprise de Milan par la France en 1515, le nouveau roi François Ier le ramène avec lui et lui offre le château du Clos Lucé à Amboise (Val de Loire) ainsi qu’une pension annuelle de mille écus. À 64 ans, Léonard de Vinci est très admiré par le monarque français qui lui assure une retraite confortable jusqu’à sa mort en 1519.

Inventions et anatomie

Si Léonard de Vinci a proposé une loi du débit des cours d’eau et a accompli de nombreux travaux en hydraulique, l’intéressé s’est également illustré via de nombreuses inventions – dont certaines ont déjà été évoquées plus haut. En revanche, le problème de la force motrice ne sera jamais évoqué dans les audacieux concepts de vis aérienne, de bateau à aubes, de sous-marin, de parachute en pyramide, ou encore de machine volante. Ces croquis sont cependant très intéressants, comme ceux concernant le char de combat, l’automobile, ou encore des sortes de flotteurs pour marcher sur l’eau.

machine volante
Crédits : Wikipedia

Par ailleurs, Léonard aurait posé les bases de l’anatomie scientifique en disséquant des cadavres de criminels et de nombreux animaux. Ses dessins et observations concernent par exemple l’action de l’œil, les organes sexuels, les muscles, le cœur et le système vasculaire, ou encore le squelette. Il sera également l’auteur d’un des premiers dessins scientifiques d’un fœtus dans son utérus, ainsi que de l’Homme de Vitruve (1485-1490), dessin annoté représentant les proportions idéales parfaites du corps humain.

Crédits : Pixabay

Autres faits intéressants

Léonard de Vinci est aussi célèbre pour avoir été végétarien, par refus de nuire aux animaux. L’homme était connu pour régulièrement acheter des oiseaux en cage afin de les libérer. Il a également un mis au point un alambic et a effectué des recherches en alchimie, une discipline dictée par la transmutation des métaux, c’est-à-dire changer des métaux simples comme le plomb en métaux nobles tels que l’argent et l’or. L’intéressé a été à plusieurs reprises ordonnateur de fêtes et spectacles aux décors somptueux, successivement à Milan pour le duc Ludovic Sforza et pour Louis XII après la prise du duché, ainsi que pour la cour de François 1er lors de sa retraite en France.

Sources : Éternels ÉclairsAstrosurf

Articles liés :

Des scientifiques vont séquencer le génome de Leonard De Vinci pour comprendre son génie

En 1482, Leonard de Vinci rédigeait sa lettre de motivation, et c’est un modèle du genre

Et si Mona Lisa avait souffert d’une maladie thyroïdienne ?