in

Bill Gates regrette de ne pas en avoir fait plus pour nous prévenir du risque pandémique

Crédits : DFID / Wikipédia

Des années avant que ne se déclare la pandémie de Covid-19, Bill Gates avait tenté de mettre en garde les dirigeants du monde entier contre la menace de nouvelles maladies infectieuses. Mais peu d’entre eux l’ont écouté.

Au cours de ces dernières années, Bill Gates n’a cessé de nous alerter sur la menace d’un virus hautement infectieux. L’un de ses avertissements les plus médiatisés reste aujourd’hui son intervention il y a plus de cinq ans lors d’une conférence TED, au cours de laquelle il avait affirmé que le plus grand tueur potentiel auquel le monde serait confronté au cours de ces prochaines décennies ne serait pas la guerre, mais une pandémie.

« Pas des missiles, mais des microbes », avait-il déclaré, déplorant au passage que nous ayons investi tant dans les moyens de dissuasion nucléaire, et si peu dans la prévention sanitaire.

Conscient de la menace, le co-fondateur de Microsoft, au travers de la Fondation Bill & Melinda Gates, a donc dépensé au cours de cette dernière décennie des centaines de millions de dollars pour trouver des moyens plus rapides de développer des vaccins, et de créer des systèmes de suivi des maladies.

Le milliardaire a également, en parallèle, exhorté les dirigeants mondiaux à mieux se prémunir contre de potentielles nouvelles maladies infectieuses. Il avait notamment exprimé ses préoccupations personnelles à Donald Trump, fraîchement élu en 2016, lors d’une réunion tenue dans son QG new-yorkais.

Bill Gates a également rencontré d’autres personnes haut placées dans le monde entier au cours de ces dernières années pour parler de ce risque pandémique. Sans grand résultat.

bill gates
Bill Gates intervenant dans une conférence à la Sorbonne à Paris en 2008. Crédits : Mathieu Sroussi/Wikipédia

Impuissance et frustration

Aujourd’hui, et malgré tous ses efforts, Bill Gates a des regrets. Dans une récente interview accordée au Wall Street Journal, le milliardaire a en effet déclaré se sentir « mal » de ne « pas en avoir fait davantage » pour mettre en garde les dirigeants contre la menace d’une pandémie. « Tout l’intérêt d’en parler était que nous pouvions agir et minimiser les dégâts ».

Bill Gates a également décrit la pandémie de Covid-19 en cours comme l’événement « le plus dramatique » qui se soit produit de son vivant. Il a par ailleurs assuré que 250 millions de dollars seraient prochainement dépensés – toujours via la fondation, première contributrice privée au budget de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) – pour soutenir le développement de vaccins, renforcer les systèmes de santé en Afrique et en Asie du Sud et leur fournir des fournitures médicales essentielles.

Pour rappel, la pandémie de Covid-19 a, à ce jour, infecté plus de 4,222 000 personnes, et tué plus de 288 000 d’entre elles, selon les données de l’Université John Hopkins.