in

Big Brother : la Russie déploie Orwell, son système de reconnaissance faciale dans les écoles

Crédits : Slp1 / Wikipedia

Si la reconnaissance faciale en intéresse certains et suscite le rejet chez d’autres, la Russie semble s’approprier cette technologie. Dernièrement dans ce pays, un outil de reconnaissance faciale a été installé dans 1 608 établissements scolaires. À terme, le système devrait équiper 25 fois plus d’écoles.

Un projet nommé “Orwell”

La reconnaissance faciale s’impose progressivement en Russie. En février 2020, la capitale Moscou commençait à déployer ce qui sera, à terme, le plus vaste système de reconnaissance faciale au monde. En 2019, la société locale Yandex.taxi adoptait de nouvelles mesures, dont un logiciel de reconnaissance faciale équipant les véhicules. L’objectif ? Surveiller les signes de fatigue des chauffeurs.

Selon un article publié par The Moscow Times le 16 juin 2020, la Russie est allée encore plus loin. Récemment, un outil nommé “Orwell” a été installé dans 1608 écoles du pays. Le but est d’assurer la sécurité des élèves en surveillant leurs faits et gestes. Il est également question de repérer les éventuels intrus se glissant parmi les élèves.

Par ailleurs, les enseignants n’échapperont pas au dispositif puisqu’il s’agit également de veiller à ce que ces derniers respectent bien leurs heures de travail. Toutefois, les meneurs du projet estiment que l’initiative sera basée sur le volontariat. Par ailleurs, il est prévu que les données soient stockées sur un serveur local afin d’éviter les fuites.

caméra sécurité
Crédits : Dmitry G / Wikipédia

Un  projet beaucoup plus vaste

Ce projet est développé par la société russe Rusnano, un fonds d’investissement étatique russe à l’origine chargé de développer l’industrie nanotechnologique du pays. Or, l’outil Orwell – rappelant George Orwell, l’écrivain britannique auteur du mythique roman 1984 paru en 1950 – ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin. En effet, il est question d’installer ce dispositif dans environ 43 000 établissements scolaires russes.

Par ailleurs, il faut savoir que ce projet s’inscrit dans le plan de numérisation de la Russie voulu par Vladimir Poutine, dont le budget est colossal. En effet, 25 millions de dollars sont destinés à développer l’économie numérique de la Russie et atteindre 5,1 % du PIB.

Enfin, ce n’est pas la première fois qu’il est question d’introduire la reconnaissance faciale en milieu scolaire. En 2019, une école en Suède a été épinglée par la Commission européenne à cause d’un programme pilote destiné au comptage des absences. La cause du litige ? Un flou entourant les conditions d’utilisations. En 2018, la Chine expérimentait la reconnaissance faciale dans un lycée. Il s’agissait de surveiller l’attention des élèves en classe, à savoir leur niveau de concentration ou encore leur état émotionnel.