in

Bienvenue à Transpolis, la ville-labo française pour véhicules autonomes !

Crédits : capture YouTube / TRANSPOLIS

Dans la région de Lyon se trouve une ville factice destinée à expérimenter les véhicules du futur, autonomes et connectés. Cette ville étonnante accueille également des équipements routiers en phase de test.

Un terrain d’expérimentation pour véhicules autonomes

En fin 2018, nous évoquions K-City, une ville artificielle de 320 hectares inaugurée par l’autorité en charge des transports en Corée du Sud. Son but ? Permettre le test de véhicules autonomes et connectés dans des configurations urbaines variées avant leur application dans la vie réelle. Celle-ci est tout simplement la plus vaste installation de ce type au monde. Si la Corée du Sud a construit K-City, ce type de ville existe également au Japon (J-Town) et aux États-Unis (M-City).

Comme l’explique TV5 Monde dans un article du 4 juillet 2019, la France s’est également dotée d’une installation du même type. Il s’agit de Transpolis, une ville factice de 80 hectares située sur le site d’une ancienne base militaire dans le département de l’Ain. En Europe, il s’agit d’une installation unique ! Géré par la société SAS Transpolis, le site est en service depuis août 2018 et a vu le jour grâce à un co-financement public-privé à hauteur de 20 millions d’euros. En ce moment même, pas moins d’une cinquantaine de projets y sont en cours d’expérimentation.

La ville artificielle Transpolis est unique en Europe
Crédits : capture YouTube/ TRANSPOLIS

Des projets très variés

Transpolis est dotée de 12 km de voies sur lesquelles se trouvent plusieurs mannequins en mousse (piétons, cyclistes, véhicules) permettant de créer différentes situations. Outre des rues de configuration classique, la ville est également équipée d’une portion d’autoroute de 1,7 km et d’une route de campagne de 6 km composée de virages.

À noter également la présence de plus de 300 km de fibre optique souterraine et d’antennes 5G expérimentales. L’objectif est notamment ici d’améliorer la transmission de données entre les véhicules, dans une configuration que l’on pourrait voir dans un futur plus ou moins proche. En effet, les véhicules seront un jour capable de communiquer à distance afin de se signaler des dangers sur la route ou d’indiquer leur position afin d’éviter toute collision.

Les constructeurs, fabricants et autres startups ont donc investi Transpolis afin de tester leurs véhicules autonomes et connectés. Néanmoins, d’autres projets concernebnt la résistance de nouvelles barrières de sécurité et de séparateurs de voies, ou encore différents types de feux de signalisation ou d’éclairage urbain intelligent.

Sources : L’Usine DigitaleEnviscope

Articles liés :

Cette voiture autonome est capable d’arpenter des chemins non cartographiés !

Et si la 5G pouvait booster le développement des voitures autonomes ?

Voici à quoi ressemble le monde pour l’IA des voitures autonomes