in

Bientôt un implant dans le cerveau pour restaurer la mémoire des malades et blessés ?

Crédits : HypnoArt / Pixabay

C’est une avancée scientifique et médicale considérable qui va être soumise au débat d’un point de vue éthique et identitaire. Bientôt seront dévoilés les résultats et avancées de recherches sur la mise au point d’une puce implantée dans le cerveau pour restaurer la mémoire de malades d’Alzheimer ou de soldats blessés pendant la guerre.

Le Président américain Barack Obama ayant alloué une enveloppe de 100 millions de dollars pour la recherche sur la compréhension de la psychologie cérébrale, la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency), agence du Pentagone, semble faire des progrès en ce sens. Un programme destiné à restaurer la mémoire des quelque 5 millions de malades d’Alzheimer aux États-Unis et des 300 000 soldats ayant subi des blessures au cerveau a été mis au point.

« Si vous avez été blessé au combat et que vous ne pouvez plus vous souvenir de votre famille, nous voulons pouvoir restaurer cette mémoire », explique Justin Sanchez, le responsable du programme de la recherche de la DARPA.

Des questions éthiques se posent

Ce type de recherche n’ayant jamais été entrepris, la question de savoir si le cerveau humain peut être manipulé pour réparer des blessures ou pour traiter ses lacunes se pose. « Quand on bidouille avec le cerveau, on bidouille avec l’identité personnelle d’un être » déclare Arthur Caplan, éthicien médical et consultant du DARPA sur ce programme.

Mais selon les neurologues, malgré la complexité et la difficulté de mener à bien ce projet sans qu’il puisse causer de dommages collatéraux, il est possible de réparer les lacunes et blessures du cerveau, simplement en lui rendant les fonctions qu’il avait avant ses blessures. Des tests très concluants ont d’ailleurs été récemment réalisés sur des animaux, sans provoquer d’effet négatif. Nul doute que le débat ne fait que commencer.

Source : AFP