in

Bientôt du lait maternel produit en laboratoire ?

lait maternel allaitement lait pour bébé
Crédits : iStock

Dans un contexte de forte demande et de pénurie en lait maternel, plusieurs entreprises travaillent sur la production de lait en laboratoire. Il s’agit toutefois d’une pratique qui n’est pas sans poser quelques questions sur le plan éthique.

Une solution à la pénurie ?

Aux États-Unis, la demande en lait maternel a fortement augmenté en raison d’une pénurie de lait infantile (en poudre). Cette affaire avait d’ailleurs fait les gros titres outre-Atlantique il y a quelques mois. Cette fragilisation de l’approvisionnement aurait pour origine la pandémie de Covid-19 et le rappel de laits infantiles en raison d’une possible contamination bactérienne. En France, les lactariums font également face à une pénurie. Avec le soutien de l’association SOS préma, ils ont donc lancé un appel au don de lait maternel en début d’année 2022.

Cette situation est concomitante à une véritable campagne de communication concernant le lait maternel, surtout aux États-Unis. En effet, à l’heure actuelle trop peu de bébés sont nourris au sein durant les six premiers mois de leur vie. Pourtant, le lait maternel renforce le système immunitaire de l’enfant et permet de prévenir les allergies, les infections, les rhumes ou les gastro-entérites. Dans un tel contexte, le lait de laboratoire pourrait-il représenter une solution ? Comme la viande artificielle, ce type de lait pose des questions éthiques, mais la Science semble tout de même s’emparer du sujet.

lait bébé
Crédits : Aliseenko / iStock

Des recherches en cours

Des chercheurs de l’Université de Melbourne (Australie) avaient évoqué le sujet dans un article paru dans The Conversation en fin d’année 2021. Ils expliquaient que la culture de cellules de glandes mammaires (provenant du lait maternel) nourries avec des nutriments permet d’obtenir un tissu mammaire. Celui-ci peut alors se placer dans un bioréacteur afin d’obtenir une structure similaire à celle du canal mammaire. La dernière étape avant l’obtention d’un lait maternel est d’y ajouter de la prolactine, l’hormone responsable de la sécrétion de lait. De plus, ce lait peut être enrichi avec des anticorps et des bactéries bénéfiques, voire des cellules immunitaires ou cellules souches.

TurtleTree et Better Milk sont des sociétés de biotechnologie se trouvant respectivement à Singapour et au Canada qui travaillent sur le développement de cellules mammaires prélevées sur des vaches. La première entreprise avait même levé pas moins de 30 millions de dollars en 2021. Leur objectif est de développer un lait cellulaire et ainsi ouvrir la voie vers la production de lait maternel de laboratoire. Si les résultats de ces travaux ne sont pas encore connus, le sujet est extrêmement sérieux. L’an dernier, la multinationale Nestlé avait posté une offre d’emploi pour recruter un spécialiste du développement des glandes mammaires et de la biologie de la lactation.

Yohan Demeure

Rédigé par Yohan Demeure

Licencié en géographie, j’aime intégrer dans mes recherches une dimension humaine. Passionné par l’Asie, les voyages, le cinéma et la musique, j’espère attirer votre attention sur des sujets intéressants.