Fabriquer le goudron pour les routes est très polluant. Cela nécessite du pétrole non recyclé alors qu’il y a un nombre important de déchets plastiques qui pourraient être transformés. L’idée est donc de remplacer les routes en bitume par des routes en plastique.  

C’est ce que propose VolkerWessels, une entreprise néerlandaise. La ville de Rotterdam (Hollande) dans laquelle se trouve l’entreprise lui a déjà manifesté son soutien. « Rotterdam est une ville très innovante et a embrassé l’idée » explique Rolf Mars de VolerWessels au Guardian. « Ça correspond très bien avec sa politique de développement durable et elle (la ville) est désireuse de travailler avec nous sur un projet pilote. »

Le projet intitulé PlasticRoad aurait plusieurs avantages écologiques

La route en plastique contribuerait au recyclage des déchets. De plus, sa fabrication est voulue moins gourmande en émission de gaz à effet de serre que l’asphalte (matériau utilisé pour les routes).

VolerWessels estime que la durée de vie de ces routes serait trois fois supérieure à celle des routes habituelles. Leur résistance serait en effet plus grande à température. Elles pourraient résister de -40 °c à 80 °c. De plus, leur érosion serait moins rapide. Ainsi, elles nécessiteraient moins de maintenance.

Ces routes auraient aussi des avantages économiques

Grâce à leur structure creuse, des câbles électriques et des tuyaux en tout genre ainsi que la fibre optique pourraient être placés à l’intérieur. Bien que le coût de l’infrastructure ne soit pas encore clairement renseigné, ces routes devraient faire économiser de l’argent ou au moins du temps. Grâce à leur fabrication en usine, les routes seront construites plus rapidement, ainsi, les travaux dureront moins longtemps.

Mais ce projet n’est qu’en phase de test

Il reste encore à connaitre le comportement des voitures au contact de cette nouvelle route, tester sa sécurité en cas de pluie notamment. L’entreprise est déjà en contact avec des enseignes de recherche pour pouvoir réaliser et commercialiser son projet d’ici trois ans.

Cela suscite déjà des questions dans les médias

Comme seront traitées les routes en plastique en fin de vie ? Des particules de plastiques ne risquent-elles pas de se détacher sous l’effet du trafic et ainsi polluer les sols et les eaux ? Ces routes vont-elles finir par augmenter la production de « nouveau plastique » ?

Sources : Mr Mondialisation, Conso Globe, Sciences et Avenir