in

Bientôt la création d’un GIEC de la pollution chimique ?

scientifique pollution chimique
Crédits : Kosmos111 / iStock

En France, des personnalités de tous bords ont signé une tribune appelant à la création d’une nouvelle structure internationale indépendante et scientifique. Inspirée du GIEC, cette dernière aurait pour mission d’assurer une prévention efficace au sujet des dangers en lien avec la pollution aux  produits chimiques.

Un nouveau GIEC pour combler les lacunes existantes

La Fondation de l’Académie de médecine en France vient tout juste de signer une tribune publiée dans le journal Le Monde le 2 février 2024, dans laquelle pas moins d’une quinzaine de personnalités, de politiques, de médecins et de responsables d’associations ont appelé à la création d’un « GIEC de la pollution chimique ».

Ce terme fait évidemment référence au Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), dont l’objectif est d’évaluer l’ampleur, les causes ainsi que les conséquences du changement climatique en cours. Ainsi, ce GIEC de la pollution chimique devrait faire office d’autorité dans le domaine et surtout publier des rapports chaque année afin de guider les décideurs politiques.

pollution chimique
Crédits : RobertAx / iStock

La volonté d’une concrétisation rapide

La tribune débute en évoquant une étude publiée dans la revue The Lancet en 2022 dont les résultats sont alarmants. En effet, la pollution causerait environ neuf millions de morts prématurées chaque année dans le monde. Aujourd’hui, entre 40 000 et 60 000 produits chimiques industriels sont sur le marché et certains provoquent entre autres des maladies chroniques, des cancers, des troubles neurologiques, des baisses de l’immunité, des troubles de la reproduction ou du développement. Par ailleurs, il s’avère que les jeunes enfants et les femmes enceintes sont particulièrement vulnérables. Pourtant, malgré une connaissance des maladies toujours plus poussée, les données concernant les effets de la pollution chimique font encore l’objet d’importantes lacunes.

Parmi les signataires de cette tribune, nous retrouvons Jean-Pierre Goullé (le président de l’Académie de médecine) et Yves Lévi (le vice-président de la Fondation de l’Académie de médecine). Citons également Corinne Lepage (une ancienne ministre de l’Environnement) ainsi que le porte-parole de l’association Générations futures. Des épidémiologistes, endocrinologues et toxicologues viennent compléter cette liste. Ces signataires ont par ailleurs contribué à la rédaction d’un livre blanc de la Fondation de l’Académie de médecine intitulé « Pollution chimique de l’environnement et santé publique » donc la version numérique est disponible ICI.

Enfin, il faut savoir que ce principe avait déjà été acté lors d’une conférence du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) ayant eu lieu au Kenya en fin d’année 2023. Les signataires de la tribune désirent néanmoins que le processus s’accélère et se concrétise le plus rapidement possible.