in ,

Bienfaits des pizzas et température des testicules de facteurs, voici les études les plus farfelues de l’année

Crédits : patrick janicek / Flickr

Une dizaine de recherches scientifiques insolites ont été récemment récompensées par le prix Ig Nobel. Cette année a encore eu son lot de recherches au premier abord farfelues, qui donnent tout de même à réfléchir quelque peu.

Chaque année et ce depuis 1901, le prix Nobel récompense des personnalités ayant apporté le plus grand bénéfice à l’humanité. Depuis 1991, son équivalent “ridicule” est créé, à savoir le prix Ig Nobel (Ig provenant du mot ignoble). Le leitmotiv de ce prix est de récompenser les réalisations qui font d’abord rire les gens, puis les font réfléchir. Voici les dix recherches récompensées en 2019.

La température des testicules des facteurs

Le prix Ig Nobel d’anatomie revient à un Français. Il s’agit de Roger Mieusset, un spécialiste de la fertilité vivant à Toulouse. Ce dernier a étudié la température des testicules des chauffeurs de bus ainsi que des facteurs. Par ailleurs, la quantité de vêtements portés et la position du corps ont été pris en compte. Le but ? Déterminer l’incidence de ces éléments sur la fertilité.

Selon les résultats, la température du testicule gauche est supérieure à celle du droit et cela pourrait avoir son importance. En effet, la température du scrotum est située entre 33° et 34 °C et les variations pourraient être néfastes. Effectivement, il est possible que cela perturbe la spermatogenèse, c’est-à-dire le processus de production des spermatozoïdes.

Crédits : patrick janicek / Flickr

Les billets de banque, un danger ?

Le prix Ig Nobel d’économie a été décerné à une équipe dont les membres sont Turcs, Hollandais et Allemands. Ceux-ci ont pratiqué des tests sur des billets de banque afin de prouver leur propension à transmettre des infections. Selon leurs résultats, deux billets de banque font partie des moins recommandables. En effet, le dollar américain et le leu roumain seraient les plus susceptibles de transmettre des bactéries. Ces tests ont néanmoins un objectif, celui de rappeler qu’il est préférable de se laver les mains après avoir manipulé des billets.

Cafards et wombats

Le prix Ig Nobel de biologie a été décerné à une équipe de chercheurs de plusieurs pays. La conclusion de leur étude est plutôt déroutante, et nous ne savons pas vraiment quoi en penser. Selon eux, les cafards magnétisés vivants réagissent de manière différente que les cafards magnétisés morts.

Une autre équipe internationale a raflé le prix Ig Nobel de physique. L’objet de leurs recherches concerne les excréments des wombats, ces mammifères marsupiaux vivant en Australie. Or, le fait est que la forme de leur “grosse commission” est particulièrement cubique. Pour les lauréats, il s’agissait de prouver qu’il était possible de faire sortir quelque chose de carré d’un trou de forme arrondie !

Crédits : Wikipedia

La pizza pour réduire les risques de cancer

Cette année, le prix Ig Nobel de médecine a été décerné à un certain Silvano Gallus. L’intéressé et son équipe sont parvenus à la conclusion que les personnes mangeant régulièrement de la pizza avaient moins de risque de développer un cancer. En revanche, il incombe que cette pizza soit confectionnée en Italie ! De manière plus générale, il s’agissait de prouver que le régime méditerranéen auquel appartient la pizza pouvait présenter divers avantages en termes de santé.

Quel plaisir de se gratter les chevilles

Encore une équipe internationale pour le prix Ig Nobel de la paix. Selon leur conclusion, certaines parties du corps seraient plus agréables à gratter, comme les chevilles. Il s’agit pourtant de recherches qui pourraient servir aux personnes assujetties aux démangeaisons chroniques. En effet, ces dernières se grattent souvent jusqu’au sang, préférant la douleur aux démangeaisons. Or, savoir quelles parties du corps sont plus faciles à soulager pourrait permettre d’élaborer des traitements inédits.

Des étudiants en chirurgie marchant au clicker

Le prix Ig Nobel de l’éducation médicale a été décerné aux Américaines Karen Pryor et Theresa McKeon. Il est ici question de clicker training, une méthode d’éducation des chiens consistant à produire un son spécial lorsque l’animal a une réaction attendue. Or, le duo a de cette façon entraîné non pas des chiens, mais des étudiants en chirurgie ! Lors d’opérations de chirurgie orthopédique, les étudiants entraînés au clicker auraient fourni des gestes plus précis.

Les autres prix

Le prix Ig Nobel de psychologie a été attribué à l’allemand Fritz Strack. Ce dernier est parti du principe qu’avoir un stylo dans la bouche faisait plus facilement sourire. Finalement, l’intéressé a conclu que ce n’était pas le cas.

Quand au prix Ig Nobel de chimie, des chercheurs japonais se sont intéressés à la salive des enfants. Selon eux, un enfant âgé de cinq ans produirait pas moins d’un demi-litre de salive par jour !

Lauréat du prix Ig Nobel d’ingénierie, l’Iranien Iman Farahbakhsh s’est intéressé aux enfants. L’intéressé a fabriqué une machine à changer les couches !

Articles liés :

Un scientifique australien gagne le prix Ig Nobel de chimie en décuisant un oeuf dur

IG Nobel 2015 : Voici les études les plus loufoques récompensées cette année

IG Nobel 2016 : Voici les 10 études les plus loufoques récompensées cette année