in

Un berceau connecté pour aider les bébés à dormir

Crédits : FuseProjet

Une start-up américaine s’est mise en tête d’aider nos rejetons à mieux dormir en élaborant pour eux un berceau connecté d’un nouveau genre : le Snoo. Ce dernier a pour mission d’assurer le rôle d’ange gardien en surveillant les divers mouvements des bébés ainsi que leurs pleurs. Bonne ou mauvaise solution ?

Assez surprenant, on vous l’accorde, mais la start-up basée en Californie nommée Happiest Baby (le plus heureux des bébés) est très sérieuse. Cette société a collaboré avec Fuseprojet, un studio de design français géré par un certain Yves Béhar.

Ce dernier a eu l’idée de développer un concept de berceau connecté en Wi-Fi capable de surveiller l’enfant qui s’y trouve. En effet, ce fameux berceau peut détecter les pleurs du bébé ainsi que ses cris tout en suivant ses habitudes de sommeil afin de le bercer de la meilleure façon possible. Incroyable, non ?

Le berceau Snoo est équipé de trois microphones servant à détecter les bruits émis par l’enfant, ainsi que de capteurs pouvant déceler le moindre de ses mouvements. Surtout, le berceau serait capable d’interpréter les informations qu’il reçoit. Par exemple, lorsque le berceau comprend que le bébé se réveille, celui-ci le berce afin de l’aider à se rendormir. La vitesse est d’ailleurs paramétrable par les parents.

Selon le fabricant, la sécurité de l’enfant est assurée puisque Snoo est équipé d’une couverture en coton (voir ci-dessous) empêchant l’enfant de se retourner, un système quelque peu surprenant puisqu’il est censé reproduire l’utérus de la mère. D’ailleurs, les subtilités de cette fonction sont encore peu connues.

Évidemment, tout ceci ne se fait pas sans un contrôle parental. En effet, le berceau est équipé d’un haut-parleur afin que les parents puissent l’utiliser dans le but de diffuser un bruit blanc. De plus, ils peuvent désactiver la fonction Wi-Fi s’ils ne désirent pas exposer leur enfant aux ondes.

Snoo est censé soulager un peu les parents et leur permettre de se reposer, mais ceci a un prix non dérisoire avoisinant les 1200 dollars (soit 1 085 euros avec les taux actuels). Mais que peut-on penser d’un concept suppléant les parents pour ce qui est de la surveillance d’un bébé ?

Il faut également savoir que le berceau peut seulement accueillir des bébés de moins de 6 mois, ce qui limite une utilisation d’un type d’objet plutôt durable habituellement. Et surtout, le bébé qui aura pris l’habitude d’une sorte d’assistanat « machinal » dans le cadre de son sommeil devra s’en défaire après 6 mois, ce qui pourrait s’avérer être un problème.

%e5%9c%96%e7%89%87-2
Crédits : FuseProjet

Sources : Les NumériquesRTBF