in

Une nouvelle technique pourrait permettre à des millions de personnes de retrouver la vue

Crédits : iStock

La recherche concernant l’ophtalmologie avance à grands pas ces dernières années, et des chercheurs australiens pourraient bien avoir trouvé une méthode révolutionnaire pour soigner les patients souffrant d’une maladie dégénérative de l’œil, grâce aux cellules souches.

C’est un bel espoir qui se profile pour les quelque dix millions de personnes dans le monde souffrant d’une maladie dégénérative de l’oeil, comme la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), la rétinite pigmentaire ou une dystrophie maculaire. En effet, des scientifiques australiens ont peut-être trouvé la méthode pour reconstituer la cornée des patients, et celle-ci est prometteuse. Dans cette technique, il s’agit de reconstituer la cornée à partir de cellules souches prélevées sur les yeux des patients.

Les scientifiques prélèvent en effet des cellules de la cornée du patient, les cultivent ensuite en laboratoire grâce à un film hydrogel adapté, puis les greffent sur le patient. « Le film hydrogel que nous avons développé nous permet de créer une couche de cellules supplémentaire en laboratoire« , déclare le Pr Berkay Ozcelik, l’un des auteurs de l’étude, dans un communiqué. « Ensuite, on peut implanter ce film sur la surface intérieure de la cornée du patient via une petite incision« , ajoute-t-il.

La vraie valeur ajoutée dans cette technique, c’est ce film hydrogel, lequel mesure 50 micromètres et se détériore naturellement au terme d’environ deux mois, une fois que la membrane redevient humide et transparente. « Ces composés présentent une inflammation minimale, ne causent pas de problèmes indésirables et aident les tissus à se régénérer« , affirme le Pr Berkay Ozcelik au site américain de la ABC. Autre avantage avec cette technique, et non des moindres, est qu’une seule culture pourrait ainsi soigner plus de 20 patients. « L’autre avantage de notre technique est que nous pouvons régénérer et augmenter le nombre de cellules d’un donneur, autre que le patient lui-même » affirme le professeur.

De premiers tests réalisés sur des moutons ont donné des résultats satisfaisants, et des premiers essais cliniques sur l’homme devraient intervenir d’ici l’année prochaine. « Nous pensons que notre technique donne de meilleurs résultats que la greffe de cornée suite à un don« , explique le Pr Berkay Ozcelik.

Source