in

En fait, les bébés sont très réceptifs à la manière un peu niaise dont on leur parle

Crédits : Artranq / Istock

Face aux bébés, nous adoptons une forme de langage et d’expression qui peut faire rire ou agacer. Il s’avère que cette sorte de « parler bébé » très exagérée est en fait primordiale à l’apprentissage du langage par les nouveau-nés. 

La manière chantante, très aiguë et très exagérée dont nous nous adressons aux bébés est en réalité très bonne pour leur apprentissage du langage. C’est ce que nous apprend Catherine Laing, une linguiste américaine qui s’intéresse particulièrement aux prémices du langage ainsi qu’à la manière dont les bébés entament l’apprentissage et l’acquisition de leur langue et à la manière dont les parents influencent cela.

La parole est un flux continu de sons et c’est nous-mêmes qui découpons les mots pour comprendre ce qui est dit. Mais pour les bébés, les mots n’ont pas de sens et c’est alors le rythme et l’intonation du flux de parole qui ont une importance pour l’apprentissage et le développement linguistique en bas âge. « Le langage bébé, ce n’est pas seulement une façon de communiquer avec des enfants en bas âge, cela a des implications importantes pour l’apprentissage du langage dès les premiers moments de vie d’un nouveau-né », déclare Catherine Laing dans le magazine The Conversation.

Le processus d’apprentissage linguistique commence avant même la naissance de l’enfant, aux environs du troisième trimestre de la grossesse, soit lorsque les oreilles du nourrisson sont suffisamment développées pour distinguer les intonations de la mère. Après la naissance, le « parler bébé » ou « baby talk » est encouragé, car l’enfant est alors très réceptif aux intonations. Dans les premiers mois de leur vie, les bébés vont alors être plus réceptifs à une parole exagérée et dont le ton va varier comme l’ont identifié des études réalisées dans les années 1990 relayées par Slate.

Plus précisément, c’est l’accent mis sur certains mots en particulier qui est important, à savoir que le bébé va rapidement identifier ce mot parmi une suite de mots qui ne sont que des sons monotones. La linguiste incite donc les jeunes parents à parler à leur bébé de cette manière-là, en utilisant un langage monolexical. En effet, bien que l’on pourrait penser que formuler des phrases entières favorisera un champ lexical plus étoffé à long terme, les bébés apprennent en réalité plus rapidement des mots qui sont exprimés séparément et de façon répétitive. « Les bébés écoutent des mots isolés comme “maman” très fréquemment et ce sont souvent ces mots-là qu’ils vont apprendre à reproduire en premier », explique Catherine Laing.