in ,

Un système de pompage génère de l’électricité grâce à la pression des océans

Crédits : Adrian Pelletier / Pixnio

Une société basée aux Pays-Bas a repris à son compte le concept de « batterie océanique » associé à un système de pompage hydrostatique. Particulièrement novateur, ce projet vise rentabiliser les éoliennes offshore même lorsque le vent n’est pas au rendez-vous. Le secret se trouve dans la pression des fonds marins.

Atténuer l’absence de vent

Les projets ayant recours à l’énergie éolienne se multiplient, notamment au niveau des océans. En 2021, deux projets d’envergure ont été dévoilés, notamment au Danemark où il est question de construire la première île éolienne artificielle au monde. En Corée du Sud, le gouvernement va financer le plus grand parc éolien offshore au monde. Néanmoins, les détracteurs de cette source d’énergie pointent notamment son côté intermittent. En effet, toute absence de vent impacte forcément la production.

Présenté lors du dernier CES 2022 à Las Vegas, le projet de la start-up néerlandaise Ocean Grazer a cependant étonné l’assemblée. Effectivement, la promesse des ingénieurs est difficile à croire au premier abord. Ils proposent en effet de rentabiliser les éoliennes même lorsqu’il n’y a pas de vent. Leur solution consiste en la fabrication de « batteries océaniques » autour d’un système de pompage complet.

Comment fonctionne ce dispositif ?

Selon Ocean Grazer, le système de pompage couplé à un champ d’éoliennes se charge d’emmagasiner de l’eau. À l’aide de la pression des fonds marins et d’hydroturbines, il va générer de l’électricité que les batteries vont ensuite stocker. La start-up affirme que l’avantage de cette technologie réside dans le fait que la pression hydrostatique est gratuite. Il n’y a donc aucun besoin de construire un quelconque barrage hydroélectrique.

batterie pompage océanique
Crédits : capture YouTube / Ocean Grazer

Le système comporte deux types de réservoirs. Les premiers, d’une capacité de 20 000 mètres cubes (à basse pression), reçoivent l’eau pompée avant que celle-ci se dirige vers d’autres réservoirs plus souples. Ces autres réservoirs sont quant à eux soumis à la pression de l’océan dernière étape avant que l’eau n’atteigne les turbines, dont le rôle est de transformer l’énergie en électricité. De plus, Ocean Grazer affirme que le dispositif peut se déclencher plusieurs fois et à n’importe quel moment de la journée.

Si le concept de batterie océanique n’est pas nouveau en soi, la start-up promet une efficacité de 70 à 80 % et la réalisation de cycles à volonté durant une vingtaine d’années. En 2023, Ocean Grazer déploiera une première fois ce système dans un lac du nord des Pays-Bas avant une installation en mer dès 2025.

Voici une présentation du projet Ocean Grazer en vidéo :