in

Au Portugal, un bateau malmené par des orques pendant deux heures

L'une des orques impliquées dans l'attaque. Source : BBC

Il y a quelques semaines, un groupe de “six ou sept” orques s’est attaqué à la coque d’un bateau pendant au moins deux heures, au large du Portugal. Cet incident n’est que le dernier en date. Depuis plusieurs mois, de nombreuses attaques de ce genre ont en effet été rapportées dans la région. Pour l’heure, les motivations des orques sont inconnues.

Voici quelques mois que plusieurs équipages sont pris pour cible par des orques au large de la péninsule ibérique. Au cours de l’une de ces attaques, un voilier de dix mètres de long qui venait de quitter le port de Ferrol aurait par exemple été touché au moins quinze fois par plusieurs orques. À bord, les trois membres d’équipage avaient essuyé les coups, avant que l’embarcation ne soit finalement remorquée jusqu’au port. Ces comportements intriguent dans la mesure où ces animaux sont d’ordinaire sociables et peu agressifs.

Un nouveau bateau pris pour cible

Plus récemment, un batelier britannique a raconté son calvaire au cours duquel plusieurs orques ont percuté son bateau de treize mètres de long, alors qu’il naviguait à une trentaine de kilomètres au large des côtes portugaises en octobre. David Smith, le plaisancier, était chargé de transférer l’embarcation de la France vers Gibraltar.

Je n’ai pas peur facilement. Pourtant, je peux vous dire que c’était vraiment terrifiant“, a-t-il déclaré à la BBC. Au départ, après quelques petits coups essuyés sur la coque, Smith et son équipage ont pensé qu’il s’agissait de dauphins. Néanmoins, ils ont rapidement pris conscience qu’ils avaient affaire à des orques. Les attaques ont ainsi duré pendant deux heures. “C’était continu”, poursuit-il. “Je pense qu’il y avait six ou sept animaux, mais il semblait que les juvéniles, les plus petits, étaient les plus actifs“.

Prenant conscience de la situation, les membres d’équipage ont même alerté les garde-côtes portugais. Ces derniers leur ont conseillé d’éteindre le moteur et de descendre la voile afin de se rendre le plus “inintéressant” possible. “Je pouvais les entendre percuter le bateau pendant que j’étais au téléphone“, enchaîne David Smith. À un moment donné, l’une des plus grosses est venue se placer à l’arrière du bateau et s’est retournée sur le dos“.

Le plus grand souci de l’équipage était que l’une de ces orques puisse casser la mèche du gouvernail (axe physique). “Si cela se fracture, vous êtes vraiment en difficulté. Je me préparais définitivement à demander aux garde-côtes portugais d’envoyer un hélicoptère pour nous faire ramener“. Puis, après deux heures, les orques ont finalement disparu aussi vite qu’elles étaient arrivées.

orques
Crédits : Flickr/Michael Bamford

Des motivations encore mystérieuses

Les biologistes marins essaient toujours de comprendre les motivations de ces animaux. Ils ont notamment souligné que trois jeunes orques étaient visiblement impliquées dans de nombreux incidents récents. Certains ont émis l’hypothèse que le pilonnage des bateaux puisse être une forme de jeu plutôt que des tentatives délibérées de blesser des personnes ou d’endommager des bateaux.

D’autres ont également avancé l’idée que ces attaques pourraient être liées au stress subi par les orques à cause des activités humaines. Ces derniers soupçonnent en effet ces orques menacées d’extinction d’avoir notamment pris conscience que les pêcheurs étaient bel et bien des concurrents directs pour la chasse au thon, leur principale source de nourriture, dont les populations sont de plus en plus réduites. En outre, il peut arriver que des pêcheurs blessent parfois les orques avec leurs lignes.

Pour l’heure, ce n’est que spéculatif. En attendant, les autorités maritimes locales demandent aux navires de garder une distance avec les orques pour éviter tout danger.